logo-article

Habiter un palais

Suivi d’une Autobiograhie par Le facteur Cheval

Jean-Luc Parant

La Fata Morgana a l’excellente idée de publier une autobiographie du facteur Cheval, auteur du célèbre Palais idéal, exemple unique d'architecture naïve, à Hauterives.

Cette autobiographie a été redigée en 1911 à partir d’un article paru dans La Vie illustrée six ans plus tôt. Au fil d’une dizaine de pages, parmi les seules où l’on puisse encore entendre la voix de Ferdinand Cheval, l’artiste s’efface derrière son ouvrage qu’il décrit de façon méthodique et comptable.

Ce texte « document » prend une autre dimension confronté à son préambule : une variation poétique du Palais idéal par Jean-Luc Parant. Parant évoque, dans une langue envoutante, un rêve de pierre comme la mystique médiévale aurait décrit une cathédrale. Il reprend ici les grands thèmes de son œuvre – la nuit, le toucher, les yeux – qui ébauchent un dialogue fraternel entre les deux hommes, à un siècle d’écart.

Les deux textes, de Jean-Luc Parant et de Ferdinand Cheval, sont rehaussés de dessins de Jean-Marie Queneau qui finissent de tisser le lien et donne une profonde unité à cette belle édition.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *