logo-article

Floating Harmonies

Junius Meyvant

Avec « Floating harmonies », Unnar Gísli Sigurmundsson alias Junius Meyvant sort un premier album sensuel et rutilant, humain et conquérant, comme un islandais à l’attaque de sa Constitution.

Le morceau inaugural se veut instrumental, histoire de bien baliser les contours de l’album à suivre : ici on joue des cordes et des cuivres,  des congas « mayfieldiennes ». Surtout on se fiche de ne pas être né du bon côté de l’Atlantique, comme Neil Hannon (période  » Casanova « ) occultait son ascendance irlandaise pour livrer au monde sa pop orchestrale et sa voix chaude de crooner.

Ainsi, Junius Meyvant ne souffre d’aucun complexe et aligne des titres de soul et de folk avec une aisance déconcertante. « Don’t let the whole world break you down » nous enjoint-il tel un autre jeune messager « Motown » plein de foi.  Et on a envie de l’écouter.

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *