logo-article

En cas de dépressurisation

[In case of loss of pressure]

Sarah Moon Howe

Comment tenir le coup suite à l'annonce du handicap de son enfant ? Pour "rester vivante" Sarah Moon Howe a filmé au quotidien ce qu'elle vivait avec son fils. Tout en partant sur des temps courts en tournée avec une troupe de danseuses. Pour aider son enfant, elle devait aussi penser à elle.

Quelques semaines après la naissance de son enfant, ce dernier fait une crise ressemblant à de l’épilepsie. La réalisatrice se présente aux urgences et apprend qu’il est atteint d’une malformation au cerveau. Son enfant est handicapé, à vie. Comment rebondir, comment rester soi face à ce verdict ? « Comme l’explique la réalisatrice dans un entretien qui accompagne le film, la blessure narcissique chez la mère d’un enfant handicapé est énorme, car elle a la terrible impression de n’avoir pas bien réussi son enfant. Là-dessus vient se greffer un sentiment de culpabilité écrasant et la peur de ne pas être à la hauteur puisqu’une mère se doit d’être entièrement dévouée à son enfant, à plus forte raison quand celui-ci est handicapé. Sarah Moon Howe s’occupe ainsi de son petit Jack et filme leur quotidien pour se sentir moins seule. »

Et puis, un jour, un chorégraphe l’appelle, elle se produit à nouveau et sent un sentiment de légèreté la gagner. Cette respiration lui permet de se sentir à nouveau elle-même, de  puiser des forces et aller de l’avant avec bien plus d’énergie. Sarah Moon Howe a fait le choix difficile et courageux de prendre soin d’elle-même afin d’être plus forte et disponible pour son enfant. Un choix qu’elle assume totalement et dont elle nous offre un aperçu dans ce remarquable témoignage.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Types :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *