Cirque

A l’assaut de Bartabas

- Modifié le 06/10/2017 par Le département Arts Vivants

Grand succès de l'édition 2006 du Festival d'Avignon, la nouvelle création du Théâtre équestre Zingaro « Battuta » est présentée jusqu'au 24 février 2007 au Fort d'Aubervilliers.

Dans ce spectacle, Bartabas fondateur et metteur en scène du Théâtre Equestre de Zingaro renoue avec la veine populaire et l’esprit festif de la troupe. Deux formations musicales, la fanfare de Moldavie et les cordes Taraf de Transylvanie accompagnent les 40 chevaux et 16 artistes dans une ronde hallucinante : poursuites, enlèvements, exercices acrobatiques exécutés au galop… Spectacle tantôt joyeux, tantôt inquiétant, « Battuta » se révèle être surtout une ode à la liberté et à la vitesse,inspirée de la culture tsigane.

Bartabas, « chorégraphe des chevaux »

Dans Bartabas, roman, Jérôme Garçin, homme de lettres, lui-même cavalier, part à la rencontre de son ami Bartabas. Il tente de percer le mystère de cet artiste-gitan qui malgré son succès continue de vivre sa vie en caravane entouré de son clan. Il nous raconte le parcours de ce fils de médecin et d’architecte, élève de l’Ecole alsacienne qui fait très tôt un métier de sa passion pour les chevaux. Tout d’abord jockey d’obstacles, il se brise les deux jambes dans un accident de moto. En 1978, il forme avec d’autres compagnons de route, le Cirque Aligre et réalise pour sa troupe plusieurs tournées en France et à l’étranger. En 1984, Bartabas fonde le Théâtre Zingaro du nom de son cheval noir frison qui porte la mémoire et l’âme de son univers.

Un monde imaginaire où se marie le grand art équestre, musique du monde, chorégraphie, cirque, poésie, associée à une forme de mystique.

Le poète André Velter, auteur de Zingaro suite équestre, et qui le tient pour le plus grand créateur de ce temps, parle ainsi d’ « une entreprise sans autre exemple qui allie révolte et maîtrise, effort et liberté, fureur et quête spirituelle ».

L’aventure singulière du Théâtre Zingaro retracée dans le livre La Ballade de Zingaro de Françoise Gründ commence avec un premier spectacle, Cabaret Equestre qui connaît trois versions entre 1984 et 1990 : tout d’abord Opéra Equestre qui allie danses, chants berbères et géorgiens puis Chimère, un spectacle sur l’Inde, et enfin le très épuré Eclipse qui unit le noir et le blanc, à l’image de la piste, avec des chants coréens et de la musique himalayenne. Suivent Triptyk en 2000, variation pour 13 chevaux, sept cavaliers et sept danseurs sur des musiques de Stravinsky et de Pierre Boulez, Loungta en 2003, inspiré des chants bouddhistes des moines tibétains et « Battuta » en 2006.

Bartabas a réalisé également deux films pour le cinéma : Mazeppa en 1993 où il explore la vie du peintre Théodore Géricault et Chamane en 1996 où il raconte la longue épopée à cheval d’un échappé du goulag à travers la taïga. Depuis 2002, Bartabas dirige aussi l’Académie du Spectacle Equestre dans les Grandes Ecuries du Château de Versailles,avec pour but d’enseigner l’équitation comme un art à part entière.

Sur le théâtre équestre

On attribue généralement la paternité du cirque moderne à Philip Astley, ancien cavalier de l’armée anglaise, qui en 1768 invente un spectacle entièrement équestre en présentant au public des exercices d’équitation tels qu’ils étaient appliqués sur les champs de bataille. Ainsi, le cirque commence à cheval.
C’est au XXe siècle que ces exercices équestres cèdent peu à peu la place à d’autres figures de cirque plus spectaculaires. Mais, durant ces dernières années, le cheval reconquiert la piste de nombreux « nouveaux cirques » et est en train d’opérer un retour en force.

A lire

-Les Ecuyers, par Pascal JACOB et Christophe RAYNAUD DE LAGE
Un ouvrage richement illustré qui retrace l’histoire du cheval au cirque et dresse le portrait des voltigeurs équestres évoluant sur la piste. Le cheval devient ainsi le support de fascinantes chorégraphies.

-Ô Cirque par amour, par Karol ROULAND
Livre de photos prises lors de la tournée de la compagnie ô cirque. Compagnie de cirque équestre, ô cirque propose à travers ses spectacles, un travail original autour de l’art équestre, de la danse, de l’acrobatie et de la capoeira. Les textes sont des entretiens avec Valérie Fratellini, directrice du Centre des Arts équestres du Cirque de Noailles, Gilles Audejean cofondateur de ô cirque et Karol Rouland.

Sites Internet

-Le Cirque national Alexis Grüss
Créée voici trente ans, la compagnie le Cirque national Alexis Grüss s’est montrée respectueuse de la grande tradition des écuyers, mais a aussi participé au renouvellement du genre, notamment en mêlant l’acrobatie et la bouffonnerie aux exercices équestres. « Éducateur de chevaux », Alexis Grüss a en outre inauguré en 1974, aux côtés de la comédienne Sylvia Montfort, l’École au carré qui a formé de nombreux artistes équestres.

-La Compagnie Salam Toto
Théâtre de cheval et d’aventures, la compagnie réunit dans ses spectacles, exploits équestres, musiques vivantes et figures libres de plasticiens-sculpteurs d’images.

-Le Théâtre du Centaure
Les créations du Théâtre du Centaure, compagnie créée en 1989, sont le fruit indissociable de la vie de la troupe et de celle des chevaux. De la naissance à la mort, les chevaux façonnent et accompagnent la vie, l’organisation et le travail de la compagnie.

Quelles conditions pour les animaux de cirque ?

Au XIXe siècle, le cirque se transforme en spectacle exotique, grâce à la présence d’animaux féroces ou étranges. La découverte de toujours plus d’espèces rares excite la curiosité du public et contribue au succès des dompteurs.
Aujourd’hui encore le cirque traditionnel ne conçoit pas un spectacle sans lions ou éléphants et le dressage reste une discipline ancrée dans l’univers et l’imaginaire circassiens.

A lire

-Bêtes de cirque, par Pascal JACOB
Ce livre lève le voile sur la fascination troublante pour l’un des plus vieux rapports de force de l’histoire et de l’humanité, celui de l’homme et de l’animal. Loin de faire l’apologie du dressage, Bêtes de Cirque tente de mieux définir les rapports ambigus qui unissent le dompteur et la bête.

-Dans l’intimité des géants, par de Louis BOUCHERY, Sylvain JARDON
A la fois sensible, drôle et émouvant, ce livre, jalonné de photographies, nous dévoile une galerie de portraits d’éléphants célèbres qui ont peuplé les cirques d’autrefois. Il nous livre une foule d’histoires amusantes, parfois tragiques, avec beaucoup de détails sur le quotidien de ces géants.

-Envoyé spécial dans la cage aux fauves, par Armand GATTI
Célèbre dramaturge, Armand Gatti fut également journaliste dans les années cinquante.Pour réaliser une série de reportages sur les animaux au cirque, il se glissa dans la peau d’un dompteur et affronta courageusement lion, ours, tigre, panthère … Un témoignage précieux sur ces bêtes de cirque et les méthodes de dressage qui leur sont appliquées. Cet « apprentissage de la peur » a, par ailleurs, été récompensé par le prix Albert Londres en 1954.

Le nouveau cirque : vers un cirque sans animaux

Le cirque contemporain évolue cependant avec succès vers des spectacles sans animaux, remettant ainsi en cause les conditions de captivité de ces derniers, le rapport dominant/dominé induit par la pratique du dressage et critiquant également le manque de respect accordé à l’animal. Par ailleurs, lorsqu’il y a des animaux, ces derniers ne font souvent que rappeler leur indépassable animalité. Et comme dans les spectacles de Zingaro, ils sont en général mis au service d’un propos théâtral qui n’a rien à voir avec l’exhibition animalière.

A lire

-Le cirque contemporain, la piste et la scène
Ce document comporte de nombreuses contributions qui explorent le renouveau des arts du cirque. Il est accompagné d’un disque compact avec des entretiens et des extraits de musique et d’un un cédérom contenant des informations sur les créations.

-Avant-garde, cirque ! : les arts de la piste en révolution, sous la dir. de Jean-Michel GUY
Un ouvrage collectif sur les mutations des arts de la piste avec des contributions sur l’esthétique du nouveau cirque, les tendances actuelles et ses enjeux.

-Centre National des Arts du Cirque : Nouveau cirque : la grande aventure, par Laurence et Gilles LAURENDON, photogr. de Philippe CIBILLE, Catherine NOURY
Créée en 1986, le Centre National des Arts du Cirque a formé toute une génération de nouveaux artistes. A travers ce livre et de nombreuses photographies, les auteurs retracent l’histoire de cette prestigieuse école et nous font pénétrer dans les coulisses du cirque contemporain.

A voir

-Archaos : cirque de caractère, un film de Bertrand SCHMIDT
Avec Archaos, cirque de caractère, aujourd’hui défini aussi comme Art de Caractère, les spectateurs ne sont pas invités clairement au cirque mais à assister à une tentative de « spectacle total ».

-Les Plume font leur cirque : la fabuleuse histoire du cirque Plume, un film de Christophe DE PONFILLY
Ce film retrace l’histoire de la compagnie et nous fait partager son quotidien rythmé par les entraînements. Fruit d’un travail inlassable, leurs créations restent toujours pleine d’humour et de fantaisie. Les spectateurs de Plume sont de plus en plus nombreux à s’émouvoir d’un cirque non-conventionnel, inventif, étrange, poétique et amical.

Sites Internet

-Pôle arts du cirque
Vous pourrez découvrir sur ce site de nombreuses ressources et informations sur le cirque des origines à nos jours ainsi qu’un agenda des manifestations liées au cirque en France.

-Hors les murs
Association nationale créée à l’initiative du ministère de la Culture pour assurer le développement du secteur des arts de la rue et des arts de la piste. Quatre activités principales sont assurées par l’association : le centre de documentation (mise en œuvre d’une base de données professionnelle) ; Les éditions (publication d’un guide-annuaire « Le Goliath » et des revues « Arts de la piste » et « Scènes urbaines ») ; le conseil et les études et enfin l’organisation de rencontres.

 

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

One thought on “A l’assaut de Bartabas”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *