Anthropologique, guérisseur, accoucheur : l’art d’un homme ordinaire ou la philosophie énigmatique de Joseph Beuys selon trois pièces dans les collections de la BML

Le déni d’art de Joseph Beuys

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 18/06/2019 par Dalli

Honni ou encensé, tombé du ciel, rescapé de la steppe, blessé, frileux, ressuscité au pays des Tatars, miraculé du miel, de la graisse et du feutre mêlés, définitivement TRANSFORMÉ : sa biographie construit confusément une légende personnelle et publique, une mythologie artistique. Joseph Beuys utilise son être, des « accessoires » pour le souvenir au même titre que des éléments de son environnement direct : pansements, rognures d’ongles, journaux, rebuts et résidus, des substances pharmaceutiques, ménagères, tout ou presque, combiné selon des principes mécaniques, électriques, chimico-organiques, alchimiques.

Joseph Beuys, Düsseldorf-Drakeplatz © Galerie, Kunstprojekte und Grafikverlag
Joseph Beuys, Düsseldorf-Drakeplatz © Galerie, Kunstprojekte und Grafikverlag

« Y a-t-il un avion pour le pilote, Joseph Beuys ? »

Des idées ou/et des œuvres :

« Quel rôle jouent mes œuvres, c’est sans importance. ­Jetez donc mes œuvres par la fenêtre ! Je veux élargir la conscience des gens »

 

Pionnier de l’art contemporain, figure emblématique de Fluxus, il initie la « Sculpture sociale ». Très vite, il soutient un devoir de création qui ambitionne de « nourrir l’homme » en « labourant le monde avec des concepts essentiels » inspiré par Goethe, James Joyce et Marcel Duchamp. Il affiche ainsi des intentions sans limites disciplinaires couvrant tous les champs de la connaissance : philosophique, politique, social, épistémologique…  à portée pédagogique.

« L’enseignement est ma plus grande œuvre d’art »

Beuys se désole de la cosmétique de l’art et déroge à celle-ci, orientant son travail vers une refonte de la culture vouée à l’utilité collective.

Tous ou personne :

« Quand on me demande si je suis un artiste, je dis : “ Je ne suis pas là pour décorer ce système pourri, délabré, puant. Je ne suis pas un artiste. Sauf si nous nous considérons tous comme des artistes. Dans ce cas, je suis d’accord. Autrement, non. »

Beuys dans les collections de la BML :oeuvres consultables sur rendez-vous

 

L’ABEILLE pensée par RUDOLF STEINER tel un animal sain (plus d’une centaine de millions d’années d’existence (Figée dans l’ambre birmane au Crétacé)) est l’image extérieure et résonante de la manière dont nous sommes structurés intérieurement (fluides, solide, force) transformables et organisés (communauté).

Les MULTIPLES sont des béquilles pour le souvenir, la remémoration essentielle pour préparer ce qui va advenir. Le multiple Fluxus a des vertus maïeutiques…

Le DESSIN ou la pensée en action avec mains ou pieds est élémentaire, fondamental, premier, genèse du langage verbal. Polymorphes,  ils sont accumulés dans divers contenants, rassemblés dans des carnets. Ils constituent le matériau premier de l’activité de Beuys.

 

Synapses :
De l’archaïque au commencement : La pensée du dessin chez Joseph Beuys, Jean-Philippe Antoine
La traversée du XXe siècle  : Joseph Beuys, l’image et le souvenir, Jean-Philippe Antoine
Images de pensée, Walter Benjamin

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *