La dihydrotestostérone, un dérivé de la testostérone utile pour avoir une belle barbe !

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - par scorroyer

Pourquoi certaines personnes sont-elles imberbes et d'autres non ? Pourquoi la barbe de certains hommes est plus épaisse que celle des autres ? Ceci est lié à une hormone dérivée de la testostérone, la dihydrotestostérone...

1 – Qu’est-ce-que la dihydrotestostérone ?

La dihydrotestostérone est un métabolite « biologiquement actif « de la testostérone. Il représente la forme active de celle-ci. La testostérone, l’hormone « masculine » est produite durant la période fœtale, avant notre naissance, et ensuite à partir de la puberté.

Elle est produite par les testicules chez l’homme, et les ovaires, en quantité très faible chez la femme, ainsi que par les glandes surrénales chez les personnes des deux sexes. C’est une hormone androgène. Cela signifie qu’elle est à l’origine des caractères masculins d’une personne, comme le développement des organes génitaux, la pilosité ou la mue de la voix.

Son fonctionnement est expliqué dans cette vidéo proposée par la chaîne Arte : « Testostérone : une hormone pas si mâle« .

Sa dérivée, la dihydrotestostérone (DHT), est également appelée androstanolone. C’est elle qui permet le développement des parties génitales de l’homme, ainsi que la croissance des poils pubiens et de la barbe. Elle s’exprime de façon différente chez les individus de type masculin. En effet, elle est liée à notre patrimoine génétique.

Si votre père ou grand-père n’avait pas de barbe, vous avez par exemple peu de chance de pouvoir arborer une longue barbe.

Elle s’exprime de façon variable, en fonction de la manière dont nos gènes réagissent. Cela peut varier, malgré un taux parfois identique d’androstanolone chez différents individus.

Androstanolone
Image illustrative de l’article Androstanolone

 

 

Extérieurement, la présence de dihydrotestostérone se caractérise par la présence d’une forte barbe chez les hommes.

Nos hormones ont une influence sur le cycle de vie de nos poils de barbe, et leur épaisseur. Nous atteignons notre pic hormonal généralement entre 25 et 30 ans. C’est donc lors de cette période que l’on connaît notre potentiel maximum de pilosité faciale.

2 – La durée de vie d’un poil de barbe

La vie d’un poil de barbe peut aller jusqu’à environ 15 mois. Elle peut se découpée en 3 phases :

  • phase croissance
  • phase de repos
  • phase de fin de vie

De manière générale, 2 poils sur 3 se trouvent même temps en phase de croissance, 1 sur 3 en fin de vie, et très peu en phase de repos.

Notre barbe se situe donc toujours quelque peu en phase de renouvellement.

En moyenne, un poil de barbe pousse de 0,4 millimètre par jour. Mais cela peut varier selon les personnes.

3 – Le métabolisme

Une alimentation équilibrée permet de couvrir les besoins journaliers liés à la pousse régulière de notre barbe. Cependant, des carences en vitamines, acides aminés ou sels minéraux peuvent ralentir la pousse d’une barbe soyeuse.

Une hygiène de vie saine vous aidera donc si vous souhaitez arborer une barbe de plus de 3 jours.

4 – Une analyse plus scientifique possible

Le taux de dihydrotestostérone peut également se mesurer de façon médicale. Il vous suffit pour cela de réaliser une prise de sang. L’échantillon sanguin sera ensuite analysé.

Les valeurs « de référence » sont comprises entre 0,33 et 1,20 nanogramme par millilitre (ng/ml) chez un homme, et 0,06 nanogramme par millilitre chez une femme.

Si posséder une belle barbe est important pour vous, vous pouvez consulter nos ouvrages sur le sujet :

 

picture picture picture

 

Pour aller plus loin, et découvrir d’autres astuces pour stimuler la pousses de votre barbe, vous pouvez jeter un oeil aux articles suivants :

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *