Eczéma

Entre réactions psychologiques et affections corporelles

- temps de lecture approximatif de 4 minutes 4 min - par Sabine Cap'Culture Santé

Cette maladie de peau concerne 2,5 millions de personnes en France. Non contagieuse, elle n'est pas le résultat d'une mauvaise hygiène mais le résultat d'une réaction excessive du corps face à des facteurs environnementaux (pollution, allergènes...) et psycho-sociaux (stress, angoisses, émotions intenses...). L'eczéma peut prendre de multiples formes ce qui complique son diagnostic et sa prise en charge.

eczema
eczema

Qu’est-ce que l’eczéma ?

L’eczéma est un syndrome, c’est-à-dire un ensemble de signes cliniques et de symptômes qui peuvent correspondent à plusieurs maladies, notamment celles concernant les maladies inflammatoires de la peau. Ce syndrome se caractérise par des démangeaisons, aussi appelé prurit, des rougeurs  appelées érythèmes et des éruptions cutanées.

Les démangeaisons peuvent toucher seulement une partie du corps ou l’ensemble. L’eczéma peut être aigu (un seul épisode) ou chronique.

La peau est atteinte par des lésions déchiquetées, parfois micro-vésiculeuses, sèches, intenses. Ces lésions sont responsables de démangeaisons importantes. Les personnes atteintes connaissent des périodes communément appelées « poussées d’eczéma », durant lesquelles les symptômes s’aggravent. Ces poussées, de durée variable, sont entrecoupées de périodes de rémission. L’eczéma est souvent associé à l’asthme ou à diverses réactions allergiques.

Il n’existe pas une mais des formes d’eczéma: l’eczéma atopique, de contact, l‘eczéma anal, l’eczéma des mains, des oreilles, des paupières et l’eczéma nummulaire.

eczema photo Freepik

L’eczéma atopique

L’eczéma atopique ou dermatite atopique est une forme fréquente d’eczéma, qui touche essentiellement les enfants.

D’après l’Inserm :

« La dermatite atopique se développe à partir de l’âge de trois mois. Chez le bébé, les lésions sont le plus souvent présentes sur les zones rebondies du visage et des membres, sur le cuir chevelu et les fesses. Plus tard, on les retrouve au niveau des plis (cou, derrière les genoux, plis des coudes), des mains et autour de la bouche. La majorité des dermatites atopiques disparaissent au cours de l’enfance (50% avant 5 ans), mais 10 à 15% des cas persistent jusqu’à l’âge adulte

Les complications les plus fréquentes des dermatites atopiques sont les colonisations des lésions cutanées par le staphylocoque doré ou le virus de l’herpès.

Contrairement à l’eczéma de contact, cette dermatite ne survient pas lorsque l’enfant touche une substance précise. Une prédisposition génétique est vraisemblablement à l’origine d’une altération de la barrière cutanée des patients, causant sécheresse et sensibilité accrue aux agressions.

Cette altération de la structure de la peau va en outre permettre aux allergènes de l’environnement (pollens, poussières, savons…) de pénétrer  dans l’épiderme et de stimuler le système immunitaire. Ce dernier va réagir de façon excessive à ce qu’il considère comme une agression, déclenchant l’eczéma : rougeurs, démangeaisons, inflammations et suintements. »

Une réponse du Guichet du savoir : Y-a-t’il un lien entre eczéma et nervosité ?

 

Quels examens ?

Peu ou pas d’examens pour diagnostiquer l’eczéma. Certains tests d’allergies peuvent permettre de faciliter le diagnostic.

 

Quels traitements ?

La prise en charge de l’eczéma vise à soulager les symptômes. L’eczéma atopique est une affection chronique qui évolue par poussées. Son traitement est prolongé et vise à améliorer les symptômes : il n’existe pas de traitement pour « guérir » définitivement l’eczéma.

Les dermocorticoïdes sont le traitement de référence de l’eczéma atopique. Les crèmes sont privilégiées sur les lésions suintantes et les plis, et les pommades sur les lésions sèches.

Les antihistaminiques oraux (principalement ceux de 1re génération) peuvent être prescrits en appoint, pendant quelques jours : ils diminuent le prurit et les réveils nocturnes du fait de leur effet sédatif. En revanche ils n’ont pas d’intérêt au long cours en prévention des poussées de dermatite atopique.

Les soins locaux émollients  comme le glycérol, l’huile de paraffine ou la vaseline sont indispensables pour soulager et restaurer la barrière cutanée. Ils doivent être appliqués au quotidien.

Sur le site de l’Assurance maladie : La consultation et le traitement en cas d’eczéma atopique

 

Vous vous posez encore des questions sur l’eczéma ? Vous pouvez consulter le dossier très complet de la société française de dermatologie. Et l’excellent article sous forme de vrai/faux du site Pourquoi docteur .

 

Pour finir, à consulter dans nos rayons ou en librairie :

 

picturepicture

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *