Portrait du mois

Antoine de Saint Exupéry

- temps de lecture approximatif de 17 minutes 17 min - Modifié le 06/03/2018 par Laurent D

Antoine de Saint-Exupéry est né le 29 juin 1900 à Lyon et disparu en vol le 31 juillet 1944 en mer, au large de Marseille, est un écrivain, poète, aviateur et reporter français.

St-EX
St-EX

Eléments biographiques

29 juin 1900 naissance d’Antoine au 8 de la rue Peyrat à Lyon (aujourd’hui rue Saint Exupéry). Sa famille est issue de la noblesse française.

1904 Son père meurt brutalement d’une attaque d’apoplexie à 41 ans. Dès lors l’existence de la famille  (5 frères et sœurs) se partage entre, l’hiver, le château de la Môle, en Provence, et, l’été, la propriété de la grande tante au château de Saint-Maurice-de-Rémens dans l’Ain.

1908 Antoine découvre la scolarité et sa rigueur chez les frères des écoles chrétiennes, à Lyon.

1909 Les Saint-Exupéry s’installent au Mans. Pour Antoine, ce déménagement signifie la fin d’un monde douillet. Il entre au collège des jésuites Notre-Dame-De–Sainte-Croix. Pour ses professeurs le cas Saint Exupéry relève du casse-tête, intelligent mais trop souvent distrait.

1912 Malgré l’interdiction de sa mère, Antoine goûte pour la première fois les plaisirs du vol. Il reçoit son baptême de l’air à Ambérieu dans un monoplan Berthaud-Wroblewski, piloté par Gabriel Wroblewski lui même.

« Les ailes frémissaient sous le souffle du soir
Le moteur de son chant berçait l’âme endormie
Le soleil nous frôlait de sa couleur pâle »

Le W2 bis, en mars 1912, lorsque Gabriel Wroblewski obtient son brevet. Cet avion est celui du baptême de l’air d’Antoine de Saint-Exupéry

1914 En raison de la guerre on envoie Antoine et son Frère au collège de Jésuites de Notre Dame de Mongré à Villefranche-sur-Saône. Antoine ne s’y plait pas. Ses notes sont désastreuses. Ses professeurs le déclare suffisamment doué, mais précisent-ils ; « il ne travaille que lorsqu’il ne peut faire autrement ». On note néanmoins sa facilité dans le domaine de la poésie.

1915 Marie de Saint Exupéry envoie ses fils en Suisse, à Fribourg, chez les frères Mariste de la Villa Saint-Jean.

1917 Son jeune frère François atteint de rhumatismes articulaires, meurt à quatorze ans.

Antoine à l’âge du service militaire. Il peut être mobilisé d’un jour à l’autre. Dans cette crainte sa famille le pousse à s’inscrire à la préparation de l’école navale, à Paris. Il s’y soumet volontiers. L’école héritière de traditions et d’un passé prestigieux représente un passage obligé pour les jeunes gens de bonnes familles. Il obtient un sursis d’incorporation.

1918 La guerre bat son plein les bombardiers allemands, les Gothas et la grosse Bertha pilonnent Paris. Antoine et ses camarades montés sur les toits assistent en spectateurs insouciants et fascinés à cette destruction aveugle. « Je voudrais que vous soyez ici pour écouter une fois le tir de barrage. On se croirait au milieu d’un véritable ouragan, d’une tempête en mer, c’est magnifique. Seulement, il ne faut pas rester dehors, parce qu’il tombe des éclats partout qui vous zigouilleraient. » (Lettres à sa mère)

Une cave de Paris pendant un raid aérien. Agence Rol. 1918. Bibliothèque Nationale de France

1919 Pensionnaire à l’école Bossuet. Sa mère pense que la discipline y est plus stricte.

Antoine est reçu chez sa cousine Yvonne de Lestrangle. Il y fait la connaissance des milieux littéraires, notamment des écrivains fondateurs de la toute jeune NRF, dont Gide. Il rencontre Louise de Vilmorin. Antoine en tombe amoureux et réussit à la séduire.

Il est recalé au concours d’entrée de l’école navale. On lui demandait de donner les impressions d’un Alsacien de retour dans son village redevenu Français. « Je n‘ai pas été à la guerre, donc je n’entends pas en parler en « chiqué ».

1920 Il s’inscrit au Beaux-arts comme candidat libre.

1921 Affectation au 2ème Régiment  d’aviation de Strasbourg. Il se retrouve comme simple « rampant », c’est à dire  (dans l’argot des aviateurs) comme membre du personnel employé au sol.

Antoine prend des cours privé de pilotage civil à l’aéroport Neuhof de Strasbourg. « Maman, si vous saviez, plus ça va, l’irrésistible envie que j’ai de piloter, Si je n’y arrive pas, je serai très malheureux, mais j’y arriverai. »

Le 9 juillet c’est enfin le premier vol seul. Il est lâché sur un Sopwith. Une erreur dans l’alimentation du moteur manque d’incendier l’avion. Il réussit à ramener l’appareil au terrain.

Silhouettes d’avions classées par analogie. Bibliothèque Nationale de France

Antoine de Saint Exupéry est muté au 37ème régiment d’aviation de chasse à Casablanca : « Casablanca est une ville champignon aux immeubles écrasants, aux somptueux cafés, peuplée de colons rapaces (…) ».

Il obtient son brevet de pilote militaire.

1922 Admission à l’école des officiers de réserve d’Avord. Puis c’est Villacoublay et le Bourget où il est nommé sous-lieutenant.

1923 Saint Exupéry décolle du Bourget sans autorisation à bord d’un Henriot HD 14. Peu après le départ l’avion cale et l’appareil s’écrase en bout de piste au terme d’une courte vrille. Antoine se tire miraculeusement de cet accident avec une fracture du crâne. Il écope de 15 jours d’arrêts.

Il retrouve la vie civile et Louise Vilmorin. Il lui demande sa main pour des fiançailles officielles. Les parents Vilmorin exigent qu’Antoine renoncent à l’aviation, pour eux ce n’est pas un métier. Antoine accepte. Grâce à un ami des Vilmorin il devient contrôleur de la fabrication aux tuileries de Boiron. Ce nouveau métier l’ennui horriblement. « Ma situation me dégoûte. Je baille dans mon bureau de 2 mètres sur 2 mètres et je regarde la pluie tomber sur la cour où donne ma fenêtre. Je fais aussi des additions. Je suis aussi chargé de classer des papiers. Ils sont en sécurité car on ne les retrouve plus jamais. » (Lettre à Charles Sallès, 11 juillet 1924)

Portrait de Louise de Vilmorin par Jean Cocteau

Le couple Vilmorin-Saint Exupéry se délite. Louise comprend que son futur mari désargenté et « vague pilotaillon » ne correspond pas à ses aspirations de jeune fille. Elle se résout à rompre les fiançailles. Cet échec sentimental plonge Antoine dans une longue dépression. « J’étais un enfant, vous étiez une femme. Vous vous êtes penché vers moi, c’était merveilleux mais pas durable. J’ai relu souvent mes lettres et les aie jugées si puériles ! J’étais un gamin ébloui. Cela ne pouvait pas vous suffire ».

 1924 Antoine de Saint Exupéry est représentant de commerce et vendeur de camions pour les établissements « Saurer ». En plus d’un an de voyages incessants dans la France profonde il ne vend qu’un seul camion.

1926 Parution du premier texte d’Antoine de Saint-Exupéry, une nouvelle intitulée  L’Aviateur, dans La revue le Navire d’argent.

 Il entre à la Cie Latécoère à Toulouse. Il n’inspire pas vraiment  confiance à Didier Daurat le chef d’exploitation; Antoine à peu d’heures de vol à son actif, ses mains sont trop blanches et il a un nom à particule : « Vous voulez voler. Eh bien vous commencerez par démonter et nettoyer les moteurs. Après, on verra… »  Le purgatoire ne dure pas. En décembre, il effectue ses premiers courriers sur la ligne Toulouse-Casablanca, puis jusqu’à Dakar.

Il fait la connaissance de Mermoz et de Guillaumet.

1927 Décès de sa sœur Marie-Madeleine victime de la tuberculose.

Antoine de Saint-Exupéry atterrit à Cap Juby pour occuper le poste de chef d’aéroplace. « Ma mission consiste à entrer en relation avec les tribus maures et à essayer si possible de faire un voyage en dissidence. Je fais un métier d’aviateur, d’ambassadeur et d’explorateur. » (Lettres à Pierre d’Agay, Cap Juby, 1927). Il restera dans le désert saharien jusqu’en 1929.

Tarfaya, Maroc, Janvier 2013. Photographe , Andrez

C’est au cours de ces années de quasi solitude qu’il rédige Courrier Sud.

1929 Antoine de Saint-Exupéry prend ses fonctions de chef d’exploitation de l’Aeroposta Argentina à Buenos Aires « une cité odieuse et sans enchantement » écrit-il à sa mère, « on dirait un gâteau mal cuit. C’est une immense cité de ciment ».

Il crée de nouvelles lignes en Patagonie et en terre de feu.

1930 Il est fait chevalier de la Légion d’Honneur au titre de l’aviation civile.

Air France [affiche] Dransy (1883-1945). Bibliothèque Nationale de France

Saint Exupéry participe aux recherches de son ami Henri Guillaumet disparu dans la Cordillère des Andes. L’aviateur est retrouvé vivant après sept jours et six nuits d’un combat acharné contre les éléments. « Que restait-il de toi Guillaumet ? Nous te retrouvions bien, mais calciné, mais racorni, mais rapetissé comme une vielle ! Le soir même, en avion, je te ramenai à Mendoza où des draps blancs coulaient  sur toi comme un baume (…) » (Terre des Hommes)

Rencontre avec Consuelo Suncin de Sandoval, veuve à 26 ans de l’écrivain guatémaltèque Enrique Gomez Carrillo. C’est le coup de foudre.

 1931 Écrit pendant son séjour en Argentine, Vol de nuit reçoit un accueil enthousiaste des lecteurs. Le livre est couronné du prix Femina.

Sa famille voit d’un très mauvais œil son projet d’alliance avec Consuelo. Leur première tentative de mariage échoue le jour de la cérémonie. Le mariage a finalement lieu le 23 avril dans la propriété familiale à Agay dans le Var.  Sa « tribu » reste allergique à la personnalité de cette « comtesse de cinéma » de cette « usurpatrice ».

1932, il est engagé comme pilote d’essai par Pierre-Georges Latécoère qui construit des hydravions.

1933 Création de la société Air France produit de la fusion de quatre compagnies aériennes dont l’Aéropostale. Saint Exupérry adresse sa candidature en 1933, mais elle est refusée.

21 décembre, Saint-Exupéry a un accident sur un LATÉ 293 en rade de Saint-Raphaël. Il se noie et manque perdre la vie. Cette mésaventure met fin à son activité de pilote d’essai.

Air France [affiche] 1933 Dransy (1883-1945). Bibliothèque Nationale de France

1934 il entre au service de la propagande (service de presse) d’Air France qui a besoin de se faire connaître et de s’offrir du prestige, Il s’agit de faire des conférences, des films, des vols de démonstration. Saint-Exupéry vit cette affectation comme une humiliation.

 1935 Ses finances sont au plus bas. Il écrit des articles pour la presse. Fin avril, Paris-Soir l’envoie en reportage en U.R.S.S. à l’occasion du 1er mai 1935. Saint-Exupéry écrit six articles où il relate son voyage à travers l’Europe et son arrivée en Union soviétique:  03/0514/05  –  16/05  –  19/05 – 20/05 –  22/05 

Tenté par le gain de 150 000 Fr offert par le ministère de l’Air Saint-Exupéry se lance dans le raid Paris-Saïgon. Il faut relier les deux capitales en moins de 98 h 52, record établi par André Japy en début d’année. Accompagné du mécanicien André Prévot, il parcourt 3 700 km en 19h38 jusqu’à l’accident. L’avion percute un plateau à 270 km/h et s’écrase dans le désert libyen. « Il y eu une sorte de tremblement de terre qui ravagea notre cabine, arrachant les fenêtres, expédiant des tôles à cent mètres, remplissant jusqu’à nos entrailles de son grondement. » (Terre des hommes). Après trois jours et trois nuits d’errance ils sont sauvés par un bédouin.

1936 C’est la guerre d’Espagne le journal L’Intransigeant lui commande des reportages de guerre. «  Celui qui ne soupçonnait pas l’inconnu endormi en lui, mais l’a senti se réveiller une seule fois dans une cave d’anarchistes à Barcelone, à cause du sacrifice, de l’entraide, d’une image rigide de la justice, celui-là ne connaitra plus qu’une vérité : la vérité des anarchistes. »  (Terre des hommes )

1937 Saint-Exupéry prospecte pour le compte d’Air France une nouvelle route Casablanca, Tombouctou-Bamako.

1938 Saint-Exupéry se lance dans un nouveau raid entre New-York et la terre de Feu. Son avion surchargé en carburant s’écrase au décollage, à Guatemala city. Antoine reste 5 jours dans le coma atteint de huit fractures. Il doit affronter le chirurgien qui préconise l’amputation de sa main droite.

1939 Pendant le temps de sa convalescence il rédige Terre des hommes. Le livre obtient le grand prix du roman de l’Académie Française.

Il est promu officier de la Légion d’honneur au titre de l’Éducation Nationale.

3 septembre, la France déclare la guerre à l’Allemagne. Saint–Exupéry est mobilisé à Toulouse dans une unité de bombardiers. Volontaire pour la chasse, il est cependant refusé à la visite médicale. Il veut voler. Il demande une affection au groupe 2/33 de grande reconnaissance aérienne basé à Orconte dans la Marne.

1940 Le 22 juin tombe la nouvelle de l’armistice signé avec les Allemands. Saint-Exupéry part pour New-York pour ne pas cautionner le régime de Vichy et convaincre les Américains à s’engager dans le conflit. « Nous nous battons pour l’homme, pour que l’homme ne soit point écrasé par la masse aveugle, pour que le peintre puisse peindre même s’il n’est pas compris. Pour que le savant puisse calculer même s’il ne semble pas d’abord orthodoxe » (Lettre aux Américains)

Saint-Exupéry n’a pas l’intention de séjourner plus de quelques semaines à New-York. Il y restera deux ans. Les expatriés français ne comprennent pas qu’il ne s’engage pas pour la France libre. Il serait en train d’acheter des avions pour le gouvernement de Vichy, il serait antisémite et royaliste. De Gaulle essaie de le rallier à sa cause, sans succès, Aux yeux de Saint-Exupéry personne n’a le droit de s’identifier à la France,  ni Pétain, ni De Gaulle. Ce qui lui vaudra le ressentiment tenace du général.

1942 Parution de Pilote de guerre. C’est un énorme succès. En France le livre est interdit par le gouvernement de Vichy.

 Le 29 novembre Saint-Exupéry lance à la radio (NBC) un appel solennel à la réconciliation de tous les Français D’abord la France  (publié dans le journal Le Canada le 30 novembre 1942). Les Français exilés n’acceptent pas de Saint-Exupéry ce qu’ils considèrent comme des leçons de morale. « Je n’ai jamais été aussi seul au monde. J’ai comme un chagrin inconsolable […] Je voudrais être jardinier parmi les légumes (…) ».

Saint-Exupéry à l’habitude de laisser des dessins un peu de partout, sur des nappes, des billets de spectacles etc. sur lesquels est souvent représentée la silhouette d’un petit garçon avec son écharpe. Ses éditeurs américains lui proposent alors d’écrire un conte pour enfant.

 1943 Publication de Lettre à un otage et du Petit Prince.  

Il rejoint l’Afrique du nord et le 2/33. Là il essaie un nouvel avion de reconnaissance stratégique le  Lightning P38. Le 1er août une fausse manœuvre à l’atterrissage, un problème avec les freins et il abîme son avion. Le 11 août il endommage un deuxième avion. Il est interdit de vol. « les missions de guerre, c’était ma paix. Je me foutais bien de leurs combines, avec en moi la paix d’une mort si propre, mais, chômeur, je me sens tout misérable, et vulnérable. Sans état civil. Et je ne comprends plus rien, rien, rien à la vie ». (Lette à X, Alger octobre 43)

1944 il fait la connaissance du photographe américain,  John Phillips, grand reporter à la revue Life. Ils deviennent amis. Grâce à l’entremise de Phillips, Saint Exupéry obtient du  Général Aeker, Chef des forces Aériennes alliées en Méditerranée, cinq missions de guerre avec son groupe 2/33.  

 Le 31 juillet c’est sa dixième mission. Il doit photographier le secteur Lyon/Grenoble/Annecy. Il décolle vers 8h45 minutes. Il ne rentrera pas. L’escadrille le porte manquant. Personne ne sait ce qu’il est devenu.

Saint-Exupéry vous parle / Saint-Exupéry, aut. ; Didier-Daurat, François Périer, Gérard Philipe, Jean Marchat… [et al.], voix.

 Les informations et citations de cet article proviennent en grande partie des ouvrages suivants : 

Je suis… Antoine de Saint-Exupéry

La mémoire du petit prince : Antoine de Saint-Exupéry, le journal d’une vie


Dans les collections de la bibliothèque

Biographies de Saint Exupéry

Oeuvres

Film documentaire

Fiction de film

Gallica

  • LE PETIT PRINCE : extrait du livre disque microsillon. Musique originale de Maurice le Roux ; Gerard Philipe, G. Poujouly, P. Larquey, M. Roux, J. Grello, Sylvie Pelayo ; Orchestre de Radio-Luxembourg

 HOMMAGE

  • Place Bellecour à la hauteur de la rue St Exupéry on peut voir un monument dédié à Saint Exupéry. Sur une colonne en marbre de 5.50m de hauteur est assis l’écrivain. Derrière lui, le Petit Prince s’appuie sur son épaule. Erigée en 2000, à l’occasion de la célébration du centenaire de sa naissance, la statue est due à Christiane Guillaubey, sculptrice d’origine lyonnaise. Trois phrases extraites de son œuvre sont gravées dans le marbre.

  • Installée sur le parvis de la gare SNCF de l’aéroport international Saint-Exupéry, une imposante sculpture « Brila Estonteco », représente Saint-Exupéry dressant une main vers le ciel alors que l’autre cajole un jeune lion blotti contre lui. Brila Estonteco, qui signifie en espéranto « Avenir radieux » symbolise la dynamique citoyenne, entrepreneuriale et administrative du territoire. l’oeuvre monumentale (3.20 mètres de hauteur), réalisée par le sculpteur Pascal Jacquet, a été inaugurée le 11 octobre 2017.

Brila Estonteco. Réalisée par Pascal Jacquet, sculpteur, Benjamin Lebègue, scénariste et dessinateur, et Alain Ravouna, président fondateur de Lyon BD et président de l’association Artographff

 

  • Antoine naît le 29 juin 1900 à Lyon, au 8 de la rue qui porte désormais son nom, depuis l’inauguration de la stèle le 29 juin 2000, (ex rue du Peyrat puis rue Alphonse Fochier).

Immeuble de Lyon où Antoine de Saint-Exupéry est né en 1900. Photographe A.cilia

  • La fresque des Lyonnais représente 25 personnages historiques lyonnais. On y voit Saint Exupéry au côté de son célèbre personnage le Petit Prince. La fresque se visite dans le 1er arrondissement de Lyon, à l’angle du 49 quai St-Vincent et du 2 rue de la Martinière.

La fresque des Lyonnais Antoine de Saint-Exupéry. Photographe Nicolas Daum.

 

  • Dans l’impossibilité d’assurer les frais d’entretien du château de Saint-Maurice-de-Rémens, où Antoine avec ses frères et sœurs, vécut « les plus beaux moments de sa vie », Marie de Saint Exupéry décide en 1931 de le mettre en vente. Resté longtemps inoccupé, le château est vendu en 2009 par la ville de Lyon, à la commune de Saint-Maurice-de-Rémens. La commune, soutenue par les ayants droit d’Antoine de Saint-Exupéry, conduit le projet de l’ouverture d’une « Maison du Petit Prince, un lieu culturel dédié à l’œuvre et à la mémoire de Saint-Exupéry ».

Château de Saint-Maurice-de-Rémens (Ain) Dominque Barrier. Bibliothèque municipale de Lyon


ANECDOTE

En décembre 1940 Antoine de Saint-Exupéry rencontre le réalisateur Jean Renoir sur le bateau qui l’amène à New York. Une amitié nait entre les deux hommes. Jean Renoir lit Terre des hommes et propose à Saint-Exupéry de faire un film dont il espère qu’il sera le plus beau de sa vie. Mais le film ne verra jamais le jour. Renoir écrira à ce sujet que les studios n’avaient de goût que pour « une certaine marmelade conventionnelle ». Avec un peu de recul il modéra son point de vue, admettant que l’exotisme  du livre lui portait préjudice ; en 1941, personne ne filmait en extérieur, et il aurait été bien difficile de réaliser un décor ressemblant au désert libyen.


RETRO PRESSE

 

  • Une heureuse nouvelle est parvenue à paris au cours de la nuit du 4 janvier 1936 : les aviateurs Saint-Exupéry et Provost ont été retrouvés sains et saufs à 150 kilomètres à l’est du Caire après avoir erré trois jours dans le désert. C’est à lire dans Le Temps du 4 janvier 1936.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *