logo-article

Toyen : l’écart absolu

Rétrospective d'une rebelle surréaliste

sous la direction d'Annie Le Brun, Anna Pravdova, Annabelle Görgen

Première rétrospective parisienne de l'artiste surréaliste, née Marie Cerminova.

Le Musée d’art moderne de la Ville de Paris offre la première rétrospective de l’artiste surréaliste Marie Cerminova connue sous le nom de Toyen.

 

 

Tchèque, elle “a vécu et travaillé une bonne partie de sa vie en France, où elle est morte le 9 novembre 1980, dans l’isolement et la précarité. Pourtant, depuis plusieurs années, cette femme mystérieuse et originale fait partie des artistes tchèques les plus cotés sur le marché de l’art. Sa vie continue d’intriguer historiens, journalistes et écrivains.”

(Toyen : la vie fantasmée d’une artiste tchèque en France)

“Figure dominante du surréalisme tchèque, Toyen a partagé sa vie entre Prague, où elle travaillait en communauté d’esprit étroite avec Jindřich Štyrský, et Paris, où elle s’exila définitivement avec Jindřich Heisler en 1947. Si elle occupe dès lors, aux côtés d’André Breton, une des places majeures dans le groupe surréaliste parisien des années 1950, elle a su maintenir jusqu’au bout une quête solitaire – celle d’une poésie sans compromission.Rompant très jeune avec son entourage, elle rejoint en 1923 le groupe avant-garde « poétiste » pragois Devětsil, qui l’amène à abandonner les partis pris cubistes de ses débuts pour une sorte d’abstraction lyrique.” …

Ses “peintures, oniriques, montrent des espaces nocturnes, fantomatiques – ceux d’une préhistoire mentale –, où flottent des objets énigmatiques – mélange de déjà-vu et d’irréel – qui appartiennent pour l’essentiel au monde minéral (coquillages, œufs, cristaux, pierres), en référence à l’anatomie humaine (globes oculaires), ainsi que des silhouettes improbables, souvent monstrueuses, surgies d’hallucinations intimes. C’est un monde de choses abandonnées, de larves évidées, de formes latentes, que baigne une lumière morbide, profondément mélancolique, mais toujours extrêmement crue : l’imagination visuelle de la peintre possède l’acuité et la véracité du rêve (Traumatisme de la naissance, 1936).”

(Toyen (Marie Čerminová dite) : Extrait du Dictionnaire universel des créatrices © 2013 Des femmes – Antoinette Fouque )

Le superbe catalogue de l’exposition qui présente 150 oeuvres montre toute la force de cette femme ne se présentant pas comme une peintre, “alors qu’elle est parmi les rares à révéler la profondeur et les subtilités d’une pensée par l’image, dont la portée visionnaire est encore à découvrir.”

(Toyen l’écart absolu)

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.