logo-article

To let a good thing die

Bruno MAJOR

A british jazzy-pop-R&B new record

 

 

Bruno Major est un nouveau venu. Mais ce n’est pas un novice. Sa formation académique de guitariste de jazz l’a d’abord amené à jouer et à composer pour les autres. Puis son ambition l’a conduit aux Etats-Unis, avant un retour en Grande Bretagne. Ou il commence une carrière sous son nom. Ainsi dans ce deuxième album, Bruno Major perfectionne l’art subtil de la chanson jazzy-pop-soul. Légèrement gentillette, sans être niaise, l’équilibre est précaire. Une touche de violon en trop, une basse trop soutenue ou un mot mal choisi et l’harmonie est rompue. Mais le britannique de 32 ans possède un savoir-faire certain. La voix est douce, les paroles évocatrices et les solos de guitare brillant, sans être trop présent. Bruno Major se révèle ainsi comme un mix tendre entre Tom Misch et Sam Smith. L’album se termine sur la chanson éponyme, « Laisser une bonne chose mourir« , est-ce souhaitable ? Entre temps, il reprend Randy Newman, emprunte une mélodie des 101 dalmatiens de Disney et collabore avec entre autre le frère de Billie Eilish. Un album léger et jazzy…

 

« Regent’s Park »  –  B r u n o   M A J O R  –  2:57

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *