logo-article

The Big Soul of John Lee Hooker

John Lee Hooker

The Big Soul of John Lee Hooker voit le grand bluesman explorer le versant soul et rhythm'n'blues de sa musique enracinée dans le blues. Soul Jam réédite ce bijou de 1963 et met en lumière l'aura magnétique du musicien, célébré aussi bien aux Etats-unis qu'en Europe.

Enregistré au début des années 60, The Big Soul of John Lee Hooker est un peu à part dans la carrière du bluesman originaire du Mississippi. Il s’écarte de son art primitif pour explorer le rhythm’n’blues et la soul naissante de l’époque. Appuyé par un redoutable groupe de studio (The Funk Brothers, artisans des productions Motown) et un groupe vocal féminin qui fait merveille, le “roi du boogie” enchaîne les relectures de standards comme (I left my heart in) San Francisco, You know I love you (inspiré du You’ll lose a good thing de Barbara Lynn), Send me your pillow, ou encore Onions (hommage au Green Onions de Booker T.). Son chant vibrant et rauque, et son jeu de guitare rudimentaire dominent majestueusement des chansons plus colorées (orgue, chœurs, quelques cuivres), sans doute plus formatées pour les charts pop de l’époque. She shot me down est une version inversée de son hit Boom Boom, lequel figure en bonne place parmi les dix titres bonus ajoutés à cette réédition.

Déjà détenteur de succès nationaux avec les légendaires Boogie Chillen, Crawling King Snake et Boom Boom, John Lee Hooker élargit encore son audience avec cette aventure soul. Son aura magnétique traverse l’Atlantique et l’Europe l’acclame au cours de la tournée American Folk blues Festival 1962.

2017 sera l’année du centième anniversaire de la naissance de John Lee Hooker, un des piliers du blues électrique avec Muddy Waters et Howlin’ Wolf. Belle occasion de redécouvrir sa musique hypnotique, brûlante, et toujours aussi influente. 

Site officiel de John Lee Hooker

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.