logo-article

Et au pire, on se mariera

Sophie Bienvenu

Ça c'est du monologue, tabernak

Entre candeur et trivialité, détachement et passion, on entend une voix qui donne sa tonalité à l’ensemble de ce roman. C’est la parole d’une jeune fille de 13 ans qui séduira le lecteur sensible à la saveur de la langue québécoise. Ceux qui l’apprécieront rencontreront un personnage ordinaire et singulier auquel l’auteur donne vie grâce à la façon dont elle s’exprime. Jusque dans son relâchement, cette langue, parfois très familière, traduit les désarrois et les enthousiasmes d’une adolescente qui va commettre le pire et qu’on suit jusqu’au bout, accroché à ses mots. Car avec elle, comme elle le dit, au pire on se mariera.

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.