logo-article

Les oiseaux morts de l’Amérique

Christian Garcin

Avec talent, Christian Garcin nous livre un beau roman américain, qui n'est pas sans rappeler la patte de Russell Banks...

L’auteur nous entraîne dans l’univers d’une petite communauté d’exclus qui vit dans les égouts de Las Vegas, versant peu glamour de la ville des paillettes et du faste…

Parmi eux, Hoyt un vétéran de la guerre du Viêt-Nam. Le vieil homme taiseux, quand il ne lit pas, occupe ses journées à voyager dans le temps. Car Hoyt est persuadé que le cerveau humain offre d’extraordinaires possibilités qui lui permettront de fuir un présent trop lourd… Après avoir exploré un futur désolant et apocalyptique, c’est vers son enfance qu’Hoyt se transporte.

Le roman prend alors toute son ampleur mélancolique et sensible… Car en remontant dans la douceur de ses souvenirs d’enfance, qui contrastent tant avec la violence de sa vie d’adulte, le vieil homme, spectateur ahuri et ému de son passé, fera la douloureuse expérience de l’impuissance, comme un écho pervers au reste de sa vie… Il n’est pas simple de revivre des scènes a jamais évanouies, sur lesquelles il est désormais impossible d’influer…

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.