logo-article

Les Âmes Perdues

Dino Risi

Anima Persa, un chef-d'oeuvre méconnu de 1977

L’année dernière, est ressorti en salle Les âmes perdues, film appartenant à la longue filmographie de Dino Risi mais pourtant assez méconnu.

Rassemblant deux monstres sacrés du cinéma, à savoir Catherine Deneuve et Vittorio Gassman, ce drame presque gothique nous plonge dans une Venise hivernale et décrépite des années 70.

Tino est hébergé chez son oncle et sa tante afin de suivre des études de peinture dans la cité des Doges. Sa venue anime un peu cette maison triste et en partie délabrée, presque qu’inquiétante. Aussi inquiétante que ce couple joué par Gassman et Deneuve, où le mépris et les non-dits règnent en maître. L’enthousiasme du jeune homme qui va très vite déchanter, va se transformer en angoisse grandissante lorsqu’il se rendra compte qu’ils ne sont pas trois dans le palais défraîchi mais quatre.

Escaliers qui craquent, pièces interdites, malles secrètes, silence pesant…  L’atmosphère de ce film est admirablement mise en scène. Le spectateur, tout comme Tino, est littéralement pris au piège. Cette intrigue qui ne révèlera ses secrets qu’au compte-goutte, est à l’image de Fabio Stolz, alias Vittorio Gassman, qui catalyse à lui seul cette menace pesante par son jeu éblouissant.

De l’exiguïté du « judas » d’une porte, aux plans larges des immenses pièces du palais en passant par les façades de la ville, le lieu est le personnage central qui scelle et libère les secrets. Cette Venise, sans touriste, est le théâtre d’un huis-clos qu’elle impose aux personnages les projetant dans la folie.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *