L’enfant qui voulaît disparaitre

Jason Mott

Un roman à la frontière entre rêve et réalité, comédie et tragédie, là où les fantômes cotoient les vivants.

Dans ce roman, Jason Mott nous invite à suivre un auteur à succès, qui a une particularité : il confond rêve et réalité. Ce détail est une belle occasion pour l’écrivain de créer une atmosphère à la fois onirique et loufoque, tout en nous livrant sa réflexion sur la négritude et la condition d’écrivain. Comme le dit si bien notre héros : ce nouveau roman est une histoire d’amour et rien autre.
En parallèle de cet écrivain qui fait sa tournée de promotion, épuisé par son intervention et plombé par ses penchants alcooliques, nous suivons également un jeune homme qui suit l’écrivain : on le nomme « le gamin ».
Le doute plane sur l’existence des personnages, que ce soit pour nous ou pour les autres personnages eux-mêmes.
C’est dans cette atmosphère brumeuse et incertaine, alternant passages burlesques et scènes violentes, que l’auteur nous livre son plus déchirant message : être noir et vivre aux USA aujourd’hui, c’est vivre dans une peur permanente.
Ce roman est tout à la fois une comédie féroce, une tragédie déchirante mais surtout un manifeste contre la peur, l’oppression et les violences policières.

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.