logo-article

L’Assemblée des animaux

Filelfo

"La Terre était plongée dans l'obscurité. Il faisait toujours nuit. La fumée était suffocante. Les arbres brûlaient. Nous ne parvenions plus à nous déplacer. Mes amis ont pris feu avec les feuilles. L'odeur chérie de l'eucalyptus mêlée à cette odeur de chair brûlée. Jamais plus je ne mangerai d'eucalyptus." ainsi témoigne le koala, surmontant sa timidité naturelle, pour faire part à l'assemblée de l'horreur dont les siens ont été victimes. Cette fois il est clair pour l'ensemble des animaux que l'homme est allé trop loin. Le temps est venu d'intervenir.

L’Assemblée des animaux est une fable à la fois merveilleuse et drôle qui aborde un sujet très actuel : la nécessité d’intervenir rapidement pour sauver la planète de la catastrophe écologique.

 

Tout commence avec un corbeau volant à toute allure. Il faut dire qu’il est en retard pour une réunion de la plus haute importance : une session extraordinaire de l’Assemblée des Animaux pour aborder la question de l’homme et du danger que celui-ci représente pour la planète. Pourtant l’homme, créature au combien merveilleuse, a autrefois siégé à cette assemblée, mais en succombant aux sirènes capitalistes, il a perdu une part de lui-même, sa mémoire s’est altérée et il est progressivement devenu une espèce invasive. Un à un chaque représentant d’une variété animale va prendre la parole pour exposer ses griefs et expliquer le mal que l’homme lui a fait, de la reine des abeilles dont les semblables ont été exterminés par les pesticides, au timide koala rescapé des incendies du bush australien qui vient raconter l’horreur de voir et de sentir ses proches brûler vifs devant soi, en passant par les animaux élevés en batterie ou chassés pour le sport.

Face à la fin annoncée de leur habitat naturel et aux politiques génocidaires menées par l’homme, les animaux votent  l’entrée en guerre à l’unanimité ou presque, car le chien est par trop écartelé entre le bien commun et sa loyauté indéfectible à son maître. Mais comment agir contre un ennemi avec une telle supériorité technique ? Simple dit le rat… avec une bonne vieille épidémie.

 

À l’heure où les étals des libraires croulent sous les romans abordant chacun à leur sauce la question de l’épidémie de COVID, on aurait vraiment tort de passer à côté de cette petite pépite littéraire sous prétexte qu’on y parle de pandémie. Ecrit à la façon des fables antiques, ce livre qui fourmille de mille références littéraires fait surgir tout l’absurde, l’irréel et le spectaculaire de notre situation actuelle et parvient à en faire la base d’une histoire incroyable dans laquelle l’homme va devoir renouer avec son passé pour survivre et découvrir sa réelle nature, une nature complètement fantastique.

Un ouvrage étonnant, à la fois intelligent, drôle et bien écrit magnifié par des illustrations au trait délicat de Julie Terrazzoni. Quant à l’auteur, Filelfo, nul ne sait qui se cache sous cet esprit brillant qui a fait paraître ce roman dans la presse italienne sous forme feuilletonnante pour alléger le quotidien de ses compatriotes alors confinés.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.