logo-article

Kehinde Wiley : peintre de l’épopée

"Dans la forêt, quand les branches se querellent, les racines s'embrassent." Proverbe africain

Numa Hambursin

Majesté, Transformation sont les mots d’ordres que  l’artiste afro-américain aux racines yoruba, applique avec systématisme à chacune de ses peintures. En quête de la dignité du peuple noir, de celle des invisibles, des lambdas de la rue et de la société, il recueille dans le monde, des visages, des corps, des poses… Il les sublime dans une rhétorique selon un code immuable, toujours dans un principe d’égalité de traitement...

Peinture Fertile

S’il immortalise  William/ Napoléon rencontré dans la rue en écho à la peinture équestre de David, il assoie aussi Barack Obama sur un fond de fleurs qui racontent subtilement son parcours.

« Peintures européennes classiques de nobles, de royauté et d’aristocrates. Mon objectif était de pouvoir peindre de manière illusoire et de maîtriser les aspects techniques, mais ensuite de pouvoir fertiliser cela avec de grandes idées. »

Canons       

De l’histoire de l’art occidental, des canons qui le régissent jusqu’aux techniques dont sa virtuosité raconte l’étude et parfaite maîtrise, Kehinde Wiley traite le fonds et la forme avec la même exigence, dans « le langage de la dignité » celui du dialogue.

L’artiste assume et revendique ses citations des grands maîtres de la peinture classique (Reynolds, Rubens, Gainsborough, Titien, Ingres, Gauguin,  David, Vélasquez…). Il porte ainsi haut et beau la peinture de genre, le portrait en pied de grande dimension dans un mélange d’hyperréalisme et d’art ornemental rafraichis.

Son Art aux enjeux de pouvoir, veut réparer ce que vécurent le page maure ou la servante mulâtresse incarnés comme représentés…Il restaure, défend la place actuelle de l’homme noir quel qu’il soit dont l’histoire commence par cette mise en majesté !

Synapses :

L’homme révolté – Albert Camus

« Les héros ont notre langage, nos faiblesses, nos forces. Leur univers n’est ni plus beau ni plus édifiant que le nôtre. Mais eux, courent jusqu’au bout de leur destin et il n’est même jamais de si bouleversants héros que ceux qui vont jusqu’à l’extrémité de leur passion. »

Black Lives Matter

Art yoruba

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *