logo-article

Des insectes au menu ? : ce qui va changer dans mon alimentation au quotidien

Albouy, Vincent

Bestioles qui rampent, bestioles qui volent et qui piquent, qui nous transmettent des maladies, mangent nos vêtements et nos farines, tremblez ! Vous allez bientôt nous servir d'en-cas gustatif... Avec déjà plus de 2 milliards de consommateurs, ces petites bêtes éveillent et émoustillent les papilles de futurs cuisiniers entomophages. Le 21ème siècle, sera t-il craquant et pleins de protéines ?

La notion d’entomophagie n’est pas si récente. « Partout, ou presque, les insectes ont constitué une nourriture de secours ou d’appoint, parfois des mets de luxe ou un aliment de base. » Il reste toutefois tabou pour les occidentaux mais sa consommation est constatée dans les régions tropicales et subtropicales et, de façon plus rare, dans les zones tempérées. 2300 espèces ou groupes d’espèces seraient considérés comme comestibles dans le monde.

Par contre, loin des idées reçues et des articles semi-prophétiques sur le sujet, la consommation d’insectes ne va pas résoudre tous les problèmes d’apports de protéines et permettre de sauver la planète. Effectivement, si créer un élevage d’insectes tient beaucoup moins de place qu’une ferme traditionnelle, les insectes ont souvent besoin de beaucoup de chaleur et d’une surveillance médicale constante pour éviter épidémies, champignons et autres.

De plus, la législation actuelle qui permettrait de créer une ferme d’insectes est pour l’instant complexe et ardue.

Et pour finir, la transition devra aussi se faire dans nos mœurs : « et si vous repreniez un petit ver ? »

A écouter, une émission de RFI :: Pourquoi mettre les insectes au menu ?

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *