logo-article

Il trionfo della Morte

Bonaventuro Aliotti

Délices, complot et drame au Jardin d'Eden... C'est tout le charme de l'oratorio que de donner une intrigue et un relief théâtral au récit biblique.

Né au début du XVIè siècle, ce genre mi-dramatique mi-spirituel se rapproche un peu plus au fil du temps de l’opéra. Il conserve pour autant son argument religieux et son objectif d’édification de l’auditoire. Pour cette splendide création, Les Traversées baroques exhument Il trionfo della morte, un oratorio de 1677 du compositeur palermitain Bonaventura Aliotti.

Adam et Eve roucoulent des jours heureux.. et un amour trop aveugle pour ne pas s’égarer. Mais voici le bal des funestes allégories, la Passion, Lucifer et la Mort. Trois voix liguées pour mener les candides amants à leur perte, sous l’oeil et les suppliques impuissantes de la Raison.
L’histoire est connue, mais elle est ici l’argument d’un drame touchant, baigné de fraîcheur et de vie musicale. Ici le Dieu qui bannit les premiers pécheurs n’est pas un despote vengeur mais un père affligé. Plus qu’une tragédie, c’est une pastorale biblique, naturaliste et sensuelle, pleine de trouvailles et de rythme.

Comme à l’opéra, récitatifs, airs, duos et choeurs se succèdent, accompagnés par un ensemble agile et éloquent. La musique ne se contente pas de soutenir les voix, elle médite les paroles, amplifie les affects et donne une véritable étoffe sonore au récit.
Les moments de grâce et de bravoure ne manquent pas. Trépignement de fureur de la Mort, conspiration de Lucifer et ses alliés, choeur des démons.. Et le tendre premier duo des premiers amants, l’invocation d’Eve à l’arbre convoité, ou encore ce lamento bouleversant… Oui, comment ne pas céder à Eve, qui convainc Adam de goûter le fruit, non par présomption mais par amour ?
Car outre la leçon théologique du bien contre le mal, il y a dans ce Trionfo le théâtre des passions, et un très beau concert de voix humaines.

Che vaghezza, che belleza (Adam, Eve)

Al suon di piu Trombe (La mort, La passion)

Discioglietevi, Dileguatevi (Eve)

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *