logo-article

Ulisse all’isola di Circe : Drama musicale (1650)

Gioseffo Zamponi, Clematis, ensemble instrumental, Cappella Mediterranea et Choeur de Chambre de Namur

Gioseffo [Giuseppe]) Zamponi (1600-1662), compositeur vraisemblablement d’origine romaine, fit carrière dans les Pays-Bas du sud. Le premier opéra jamais représenté dans ces territoires [l’actuelle Bruxelles] fut l’Ulisse de Zamponi, créé en 1650 à l’occasion du mariage de Philippe IV d’Espagne avec Marie-Anne d’Autriche. Le spectacle fut somptueux, avec machines, décors, ballet, musique et obtint un grand succès.

L’opéra est basé sur un argument mythologique : Ulysse ayant accosté sur l’ile de la magicienne Circé se trouve aux prises avec ses multiples « charmes », appas et sortilèges divers. L’œuvre est écrite dans le style vénitien : cette esthétique se distingue musicalement par un développement de la vocalité mélismatique et de la formule de virtuosité et par une augmentation progressive du nombre des airs. Structurellement on peut noter au nombre de ses caractéristiques l’apparition de certaines scènes typiques telles que les travestissements ou encore l’acquisition de façon définitive de certains types de rôles bouffes comme la nourrice, la confidente. On retrouve ces traits distinctifs chez Monteverdi et Cavalli, compositeur dont Zamponi est esthétiquement particulièrement proche.

Musicalement le résultat est de toute beauté : timbres de Céline Scheen (Circé) et Furio Zanasi (Ulysse), sensuels à l’envi, performance théâtrale et vocale de l’inimitable contre-ténor Dominique Visse. Le séduisant ensemble instrumental Cappella Mediterranea ainsi que le très expressif Chœur de Chambre de Namur sont placés sous la baguette magistrale de Leonardo Garcia Alarcon.

Le label « Ricercar » nous régale d’une superbe reconstitution, plaisir augmenté par l’attrait d’un bel objet : les deux CD sont accompagnés d’un livre contenant des commentaires passionnants ainsi que de reproductions des gravures provenant du manuscrit d’époque qui laissent imaginer les fastes originels de cette œuvre décidément magique.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.