logo-article

Le Don de l’ombre

Ghyslain Lévy

De ce psychanalyste, membre du Quatrième Groupe, nous avions apprécié l’analyse du social dans L’ivresse du pire en 2010. Il revient une fois de plus au thème qui l’occupe (le hante ?) : la place d’autrui, l’altérité, en se plaçant ici du côté de la langue, de la voix.

« Du moment que quelqu’un parle, il fait clair » disait Freud, cité par l’auteur.

Avec la volonté de transparence, d’emprise qui caractérise notre civilisation, cette présence d’énigme habitant chaque mot, que Ghyslain Lévy nomme « le don de l’ombre », a déserté le langage.

Autrui lui-même n’est plus objet de désir ; il est devenu une proie sans reste, sans ombre.

La psychanalyse s’intéresse à ces restes.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *