logo-article

Fire Notice

Frédérick Houdaer

Le chamanisme appliqué par la poésie pratique.

Ses lecteurs le savent, Frédérick Houdaer est le poète des choses très concrètes. Des vrais chiffres. Mais Fire notice, son quatrième recueil, offre un nouvel éclairage sur un aspect inaperçu de son travail : celui d’une recherche magique, qui plonge aux origines de la poésie pour conjurer la difficulté d’être.
Comment vivre parmi des contemporains qui s’acharnent à ne pas voir la magie de tout ce qui les entoure ? La question, ici, semble se poser à chaque page. Et c’est à travers des anecdotes minuscules que cela doit se faire, anecdotes qui, mises bout à bout, feront un quotidien.
Pourtant, il ne s’agit pas ici de se contenter d’un portrait acide du monde contemporain. Car à mesure qu’on avance dans le texte, les allusions à la magie et à la spiritualité se multiplient. On croise une citation de Jimmy Page sur la magie noire, les silhouettes de Carlos Castaneda et d’Aleister Crowley, on dialogue avec un mystérieux « gourou » récemment décédé…
La poésie comme pratique magique ? Sans doute, mais alors une magie utilisable ici et maintenant, dans le monde d’Ikea, des voisins qui écoutent du R’n’B trop fort, le monde où c’est sur Google qu’on va traquer les muses.
« Le linoléum n’empêche pas l’éveil », clame le poète. Et au fil des pages, la litanie et l’anaphore occupent une place grandissante. Peu à peu, tout se passe comme si le poète opérait un retour aux origines magiques de la poésie.

La transe chamanique exige-t-elle le son du tambour ? Peut-être, mais au besoin, le clavier d’ordinateur peut en devenir un.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.