logo-article

En attendant Bojangles (Bande originale du film)

Olivier et Clare Manchon

Construit autour du tube obstiné de Nina Simone le drame de Régis Poinsard entraîne le spectateur sur la piste de danse domestique : un petit garçon regarde, inlassablement, danser ses parents. Olivier et Clare Manchon habillent cette chronique familiale pleine de fantaisie et de folie douce (mais bientôt dure), d'une B.O. originale, qui lui va comme un gant.

La bande-son est incontestablement sous le signe de la danse, slow langoureux, jerk endiablé, tango chaloupé, cha-cha haletant … les styles les plus divers sont représentés.

Le ton est résolument rétro et souvent nostalgique, comme au temps de ou à la manière de.  On s’attend à croiser entre deux plages Nat King Cole ou Luis Mariano. Un zest de rock authentique de chez les seventies, toutefois,  pour ne pas s’endormir.

Tout cela est composé avec, semble-t-il, le plus grand soin et un indéniable talent.  Dépassant avec bonheur le Cubase syndical dont on nous rebat ad nauseam les tympans, les orchestrations, variées et élaborées,  invitent à l’occasion divers instruments acoustiques sympathiques, hautbois, clavecin ou harpe.

Une B.O. mélodieuse, attachante qui réussit le pari de sonner à la fois familier et original.

Un futur classique, je serais prêt à parier.

 

Mr Bojangles de Nina Simone, interprété ici par Marlon Williams

 

Riviera :

 

Tango :

 

Les traitements psychiatriques :

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.