logo-article

En apnée

Meg Grehan

Maxime est une enfant de 11 ans qui vit seule avec sa mère. Elle est d’un tempérament angoissé. Elle a une conscience aiguë de la maxime socratique qui consiste à penser que « Tout ce que je sais c’est que je ne sais rien ». Cette étendue de savoir qui lui échappe l’angoisse, elle se réfugie dans les livres, prend des notes. Ce qui l’apaise c’est d’apprendre, de comprendre mais lorsqu’un sentiment nouveau envers Chloé lui serre le cœur elle va chercher des réponses. Ce grand mystère qui l’habite est l’amour.

Un beau roman sur les premières émotions amoureuses qui passent par des sensations corporelles et des remous psychiques. Avant d’être un roman sur l’homosexualité c’est avant tout un roman sur le décryptage de cette submersion amoureuse. Le personnage est intéressant de par sa fragilité qu’elle parvient à transformer en force. Le roman traite de la gestion des angoisses également qui habitent chacun de nous et l’auteure nous ramène à nos propres questionnement sur la vie et le rapport aux autres et aux savoirs. La question du contrôle est aussi posée. Ce qui lui arrive lui échappe, elle qui aime cadrer, savoir mais elle va parvenir à faire face à l’aide des adultes bienveillants qui l’entourent. L’écriture en vers libre est très intimiste, on suit les pensées de Maxime. Sa passion pour le monde marin fait qu’elle distille plein d’informations étonnantes qui apportent une vrai couleur au récit.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *