Théâtre

Tout, tout, tout, vous saurez tout sur les résidences d’artistes

- temps de lecture approximatif de 7 minutes 7 min - Modifié le 06/02/2021 par le département Arts Vivants à la médiathèque de Vaise

Le principe de résidence d'artistes n'a rien de nouveau. Depuis son apparition dans l'Antiquité et jusqu'à nos jours, les auteurs ont toujours eu leur place dans la Cité. Cependant, depuis les années 90, les résidences se multiplient. Les institutions mettent en place tout type et toute forme de résidences. Et il existe autant de modèles de résidences que de lieux d'accueil. Comment donc s'y retrouver ? Pour en savoir un peu plus sur les résidences dans le domaine du spectacle vivant, suivez-le guide !

2016 / La route des 20 / Péripéties - Valérie Dubourg - Pascale Henry
2016 / La route des 20 / Péripéties - Valérie Dubourg - Pascale Henry

En guise d’introduction sur le sujet, nous vous conseillons un article de Geneviève Charpentier, auteur d’une thèse sur les résidences d’auteurs dramatiques. Vous aurez ainsi une idée des différents types de résidences qui existent.

Difficile de trouver plus complet que le numéro spécial résidence de la revue La Scène, datant de l’été 2019. A la fois synthétique et pratique, c’est l’outil indispensable pour réussir une résidence d’artistes. Vous identifierez les mauvaises pratiques, les attentes des compagnies, ce qu’il faut mentionner dans la convention et avec quels apports partir en résidence.

On utilise le terme résidence un peu à tort et à travers. Le mot résidence vient du terme latin « re sedere » et signifie être longtemps assis. Il désigne parfois un temps d’isolement en vue d’un ressourcement à des fins de création. Au contraire, il peut être synonyme d’un moment de mise à l’épreuve de la dite création et de confrontation aux publics. Mais, on peut craindre que l’abus de mots finisse par épuiser le sens d’une démarche et de dispositifs qui gardent toute leur valeur…

L’ouvrage : Les résidences d’artistes en questions, sous la direction de Philippe Chaudoir, vous permettra de faire le point et d’avoir une définition claire de ce que peut être une résidence. Dans ce livre, directeurs de lieux, artistes, formateurs, élus se sont interrogés sur la notion de résidence à travers ses différentes acceptions, à l’occasion d’un séminaire sur le sujet.

Mais une résidence à quoi ça sert finalement ? Que peut-on retirer de cette expérience ?

Dans le livre Des auteurs en résidence, à lire et à jouer : journées d’études organisées par Aux nouvelles écritures théâtrales, plusieurs artistes partagent leurs diverses expériences en résidence, échangent leurs points de vues et analysent les résultats créés. Ces journées d’études ont permis que se croisent les paroles d’écrivains, de responsables de théâtre avec celles de bibliothécaires et d’animateurs de centres de ressources tournés vers le théâtre.

Le numéro 21 de la revue Théâtre S est également consacré au thème des résidences. En plus des témoignages d’artistes qui ont expérimenté le principe de résidence, on peut y lire le point de vue des structures d’accueil et découvrir de nombreuses formes de résidences. L’intérêt de ce document est qu’il nous fait prendre conscience que les artistes, les responsables culturels et les populations concernées trouvent souvent leur compte dans l’absence de modélisation de la résidence. La qualité des rapports humains, la chaleur des échanges et des rencontres, la force des propositions qui en résultent répondent au besoin toujours plus vif de réconcilier art et démocratie, art et population.

A lire également, un autre témoignage, cette fois de l’auteur Luc Tartar en résidence à La Chartreuse (Avignon), puis au Québec.

Vous avez un projet, mais vous vous demandez comment trouver une résidence et des financements ?

Si vous êtes auteur, pensez à contacter, par ailleurs, l’organisme de l’Agence Rhône-Alpes pour le livre et la documentation (Arald) ou le Centre national du livre (CNL). « La bourse de résidence a pour objet d’attribuer une rémunération à des auteurs (écrivains, illustrateurs, traducteurs) invités en résidence par une structure située sur le territoire français pour leur permettre de mener à bien un projet d’écriture, d’illustration ou de traduction relevant des domaines littéraires soutenus par le CNL, ainsi qu’un projet d’animation littéraire élaboré conjointement avec la structure d’accueil. »

Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre (ARTCENA) recense sur son site toutes les aides et subventions relatives à ces disciplines. Cette structure aide les professionnels à mettre en oeuvre leurs projets et sur leur site vous trouverez des appels à projets et des propositions de résidences.

N’hésitez pas à consulter le Guide des financements de la mobilité internationale pour les artistes et professionnel.le.s de la culture conçu par le réseau On The Move, avec le soutien du ministère de la Culture, se concentre uniquement sur la France. Il répertorie des sources de financements nationales, locales (notamment des Villes et des Régions) et internationales, publiques ou privées, qui concernent aussi bien les professionnels de la culture et les artistes français souhaitant voyager à l’étranger (mobilité sortante) que ceux, issus d’autres pays, désireux de se rendre dans l’Hexagone (mobilité entrante). Il recense 16 organisations, correspondant à 150 dispositifs de financements.

Autres guides qui peuvent vous intéresser :

N’oubliez pas de soignez vos contrats ! A savoir : « Le contrat est une convention par laquelle une ou plusieurs personnes s’obligent envers une ou plusieurs autres, à donner, à faire ou à ne pas faire quelque chose » (article 1101 du Code civil). En effet, comme il l’est précisé dans la revue Jurisculture n°109, le contrat évite tout malentendu en précisant par écrit tous les aspects des engagements de chacun (l’objet du contrat, les termes du contrat et la qualification du contrat). Vous trouverez également des modèles de conventions dans le n°93, datant de l’été 2019 de la revue La Scène. Chaque convention est unique, mais délimitée par un cadre. Elle est souvent rédigée au cas par cas.

Et maintenant, où partir ?

Sur le site Artcena (Centre national des arts du cirque, de la rue et du théâtre), un annuaire thématique recense des lieux et des structures en France et à l’étranger ayant des temps ouverts aux écritures francophones.

A Lyon, Les subsistances sont l’endroit rêvé pour les artistes d’origines et de disciplines diverses (théâtre, danse, cirque). Les artistes disposent d’un temps de résidence en fonction de leur projet, d’un soutien financier, d’un espace de travail et d’un accompagnement administratif et technique.
Si vous rêvez plutôt de faire une résidence à la Chartreuse, 3 formes de résidences sont possibles dans ce lieu : les résidences individuelles d’auteurs ou de traducteurs, les résidences collectives de conception et d’écriture et enfin, les résidences collectives de recherche, d’expérimentation et d’écriture.

TransArtists, est une plateforme internationale de programmes de résidences d’artistes, gérée par DutchCulture, et un centre de coopération internationale qui recueille et recherche des informations sur les programmes de résidences d’artistes depuis plus de 20 ans. À ce jour, sa base de données de 1 524 programmes de résidences d’artistes est la plus importante au monde.

Depuis 1992 avec les Pépinières Européennes pour Jeunes Artistes et depuis 2018 avec les Pépinières Européennes de Création, la structure a été présente dans 32 pays avec plus de 200 lieux de création partenaires et 1500 artistes soutenus lors des différents programmes. Les champs et médiums artistiques des résidences Pépinières sont nombreux et reflètent souvent la diversité des partenariats engagés par la structure, que ça soit au niveau national ou international. « Une attention particulière est cependant portée aux arts contemporains et inter-médiatiques, aux arts numériques et aux projets arts/science, aux arts sonores, aux arts vidéographiques, aux arts de la scène (avec une attention particulière à la performance), à la poésie contemporaine et aux nouvelles formes d’écritures hybrides… en favorisant autant que possible les transversalités entre les différentes disciplines, pratiques et compétences. »

Afin de renseigner les structures culturelles accueillant des artistes et des professionnels de la culture étrangers sur les formalités administratives, fiscales ou juridiques à accomplir, le Ministère de la culture et de la communication a confié au Cagec, organisme spécialisé dans ce domaine, la réalisation d’un site Internet. Ce site artistes-etrangers.eu présente des dossiers thématiques et des jurisprudences. Il répond également aux questions en ligne posées directement par les utilisateurs.

Enfin, la plateforme Hostanartist, depuis 2015, permet de mettre en relation des propriétaires d’espaces privés ou publics vacants -maisons de vacances, chambres, ateliers, bureaux, locaux – et des artistes en recherche de lieux de résidence. Le principe de la plateforme repose sur la gratuité. Les propriétaires prêtent un espace et en échange les artistes offrent à leur mécène une oeuvre d’art, un cours particulier, une invitation à un spectacle, ou toute autre forme définie en amont avec leur hôte.

Vous êtes à présent fin prêts à partir en résidence. Surtout ne doutez pas de vous, il y a quand même peu de chance que vous pétiez les plombs comme Jack Nickolson dans Shining. 🙂

A lire aussi

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *