Humour

Le top five des peut-on rire après Pierre Desproges ?

- temps de lecture approximatif de 16 minutes 16 min - Modifié le 06/09/2016 par le fonctionnaire inconnu

Vingt ans déjà que Pierre Desproges nous a quitté. Incarnant « la mauvaise conscience des années 80 », il était un humoriste à part, au ton cinglant et provocateur. Que ce soit dans ses chroniques, ses réquisitoires ou ses textes de scène, sa plume et sa verve mettaient à bas les tabous, la bêtise et l'hypocrisie.

Gad Elmaleh - Théatre Marigny / ©  S.Camelot
Gad Elmaleh - Théatre Marigny / © S.Camelot
 Aujourd’hui alors que de nombreux livres lui rendent hommage, se pose la question de savoir : comment rions-nous depuis sa disparition ? Tomas N’guijol, humoriste dans l’émission Le Grand Journal sur Canal plus, nous a soufflé un « top five » qui présente les principaux humoristes de la scène contemporaine…

Number 5 : Le renouveau de l’humour noir à la scène

L’humour noir est une forme d’humour qui souligne avec cruauté, amertume et parfois désespoir, l’absurdité du monde face à laquelle il constitue une forme de défense. Il consiste notamment à évoquer avec détachement, voire avec amusement, les choses les plus horribles ou les plus contraires à la morale en usage. Il établit un contraste entre le caractère bouleversant ou tragique de ce dont on parle et la façon dont on en parle. (source Wikipedia). Dans l’Anthologie de l’humour noir, André Breton, inventeur de la notion d’humour noir, en donne la définition suivante :

« L’humour noir est borné par trop de choses, telles que la bêtise, l’ironie sceptique, la plaisanterie sans gravité… (l’énumération serait longue) mais il est par excellence l’ennemi mortel de la sentimentalité à l’air perpétuellement aux abois – la sentimentalité toujours sur fond bleu – et d’une certaine fantaisie à court terme, qui se donne trop souvent pour la poésie. ».

Pierre Desproges était l’incarnation de l’humour noir. Depuis sa mort, y a-t-il des humoristes actuels qui osent à la scène rire de tout avec autant d’intelligence, d’audace et de poésie ?

Aujourd’hui, l’actualité est riche en spectacles d’humour noir. Vous pouvez notamment voir jusqu’au 28 avril, au vingtième Théâtre, le spectacle L’anthologie de l’humour noir que Marc Goldberg a adapté du recueil d’André Breton. Où l’on voit trois personnages haut en couleur s’approprier les textes joyaux de l’anthologie, qui donna ses lettres de noblesse à l’humour noir.

D’autres artistes s’adonnent à l’humour noir :

Patrick Timsit

Il proposera ainsi dès octobre une tournée de The one man stand-up show, un spectacle plein d’ironie mordante et acide. Il y aborde sans aucun tabou les thèmes de la vente d’organes, la maladie, l’ exploitation de l’homme par l’homme, la misogynie, les religions. Il pousse jusqu’à l’outrance la figure du beauf, du mufle, de l’ultralibéral cynique pour mieux révéler notre part d’ombre, celle qui nous rend cruels ou lâches.

Stéphane Guillon

Il incarne également ce côté sombre de l’humour. Connu pour ses portraits au vitriol sur Canal Plus, il est également auteur d’un spectacle intitulé En Avant la musique. Insidieux et affûté, il nous propose une ballade indolente mais saignante à travers portraits, chroniques et sketches. Avec une mauvaise foi hilarante, il distille avec talent son humour noir particulier en caricaturant les errements de notre société bien-pensante…

NUMBER 4 : La vogue des duos

Un duo comique est un couple de personnages. Il est souvent structuré sur le même modèle à l’instar des spectacles de clowns : l’un est l’auguste, l’autre le clown blanc. Le clown blanc est le personnage sérieux, intelligent et rationnel. L’auguste est fruste, outrancier et désordonné. Le clown blanc a un ascendant sur l’auguste, il le domine. Mais il est en même temps son faire-valoir : c’est l’auguste qui est la vraie vedette, celui qui déclenche le rire au final (source Wikipedia).

Bien sûr, tout le monde a encore en mémoire le duo d’acteurs de Francis Blanche et de Pierre Dac mais depuis, bien d’autres couples se sont formés à la télévision comme à la scène pour le meilleur et… pour le rire.

Shirley et Dino

C’est à l’occasion d’un stage avec la metteur en scène Ariane Mnouchkine qu’ils formeront leur premier duo. La création de la troupe Achille Tonic est l’un de leurs plus gros succès. Champions du cabaret réinventé, leurs clowneries et leurs numéros de music-hall allient les arts de la piste à ceux du théâtre. Sketches, acrobaties, gags et chansons se passent allègrement le relais. Ils obtiennent en 2003 le Molière du meilleur one man show pour leur spectacle Le Duo au Théâtre de Marigny.

Kad et Olivier

5 ans après leur rencontre dans l’émission « Rock’n Roll Circus » sur Oui FM, ils se font connaître dans les émissions de l’animateur Jean-Luc Delarue grâce à leurs différentes parodies loufoques. Ils ont également tourné un film intitulé La traversée de l’Atlantique en solitaire à deux
où on les voit, lassés du confort de la vie parisienne et du showbiz. Ainsi, décidés à se ressourcer et à vivre ensemble une grande histoire, ils entament la traversée de l’Océan Atlantique à la rame en solitaire à 2…

Omar et Fred

Leur carrière en duo décolle sur Canal plus avec la création du Service Après-Vente des émissions en 2005. Cette émission humoristique quotidienne, intégrée aujourd’hui dans le Grand Journal de Michel Denisot, commente l’actualité des derniers jours dans un format court de deux minutes. Différents personnages récurrents du duo comique se succèdent : le commandant de bord, Tata Suzanne, l’agent de stars… Les fous-rires qui ponctuent leurs sketches pourraient à eux seuls faire le succès de l’émission.

Ces deux loufoques se sont également frottés avec succès à la scène en 2005 dans Omar et Fred : le spectacle où ils abordent tantôt avec virulence, tantôt avec tendresse mais toujours avec une extrême liberté les thèmes du racisme, de la tolérance, de la délinquance ou de l’écologie.

NUMBER 3 : des femmes humoristes en pleine forme

Une nouvelle génération de femmes humoristes est née, qui égratignent la société, les hommes et les femmes avec un humour souvent vache, indépendant et jusqu’au boutiste. Muriel Robin leur a ouvert la voie. Mais elles sont nombreuses aujourd’hui à connaître le succès, notamment :

Florence Foresti

C’est la nouvelle coqueluche. On se l’arrache à la télévision et elle fait salle comble pour chacun de ses spectacles. Son parcours ? Elle débute sa carrière au café-théâtre Le Nombril du Monde à Lyon en trio avec Céline Iannucci et Cécile Giroud. Elles forment ainsi « les Taupes models ». Elle prend ensuite son envol sur scène en solo avec son one woman show : Manquerait plus qu’elle soit drôle. Dans les émissions de Laurent Ruquier : On a tout essayé et On n’est pas couché sur France 2, elle interpréte des personnages fictifs délirants et loufoques, dans lesquels il est facile de se retrouver. Elle s’essaye également à la parodie de personnalités existantes (Paris Hilton, Céline Dion, Ségolène Royal, Madonna, Isabelle Adjani).

Parallèlement, à ses activités télévisuelles, elle créé son deuxième one woman show Florence Foresti fait des sketches à la Cigale dans lequel elle continue d’explorer les rapports entre les hommes et les femmes. Actuellement, Florence Foresti s’essaye à la Comédie, au Théâtre de la Gaîté Montparnasse, dans la pièce L’abribus, où elle compose un rôle de jeune parisienne speedée et hyperactive tombée en panne de GPS en rase campagne.

Anne Roumanoff

Si elle s’est récemment imposée dans le genre satirique avec l’émission Vivement Dimanche de Michel Drucker où elle propose une tribune comique lui permettant de commenter l’actualité, cela fait déjà vingt ans que cette humoriste mène sa carrière tambour battant. Elle a la réputation d’avoir un style réaliste et décalé. Elle arrive avec une étonnante facilité à passer de la jeune fille à la personne âgée… voire à décrire une famille complète à l’occasion d’un banquet. C’est peut-être la clé de son succès. Anne Roumanoff présente jusqu’en mai son nouveau spectacle Anne a vingt ans.

D’autres humoristes femmes sont actuellement sur le devant de la scène ainsi Julie Ferrier, Juliette Arnaud, Rachida Khalil. Elles sont dans un registre d’humour provocateur. Leurs personnages de sketchs sont, en effet, extrêmes (la fille des banlieue, la blonde hystérique, l’ex envahissante…). Leurs propos souvent crus peuvent être dérangants mais elles s’emparent de l’humour comme une arme contre le sexisme et les violences faites aux femmes.

NUMBER 2 : les humoristes controverses

Certains humoristes, très médiatisés, cultivent l’art de repousser les limites. Certains en rient. D’autres s’en offusquent. Comme le disait Pierre Desproges : « Peut-on alors rire de tout ? Oui, mais pas avec tout le monde…. »

Michaël Youn

Les opinions sur Michael Youn et son humour sont partagées. D’un côté, la génération de l’émission Morning Live, connu pour avoir révélé l’humoriste, suit aveuglément chacune de ses pitreries. De l’autre, ses détracteurs qui considérent ses sketchs comme des atteintes au bon goût. Ses partisans rient de ses blagues de potaches, teintées de jeux de mots scatologiques, de ses cascades dans le plus pur esprit des Jackass, et des séquences tournées « live » dans la rue, dans lesquelles le comique n’hésite pas à se déshabiller, à plonger en tutu dans les fontaines parisiennes ou à provoquer les policiers en faction dans les rues en hurlant dans un porte-voix.

C’est toujours dans le cadre du Morning Live qu’il créé le groupe des Bratisla Boys. Leur première chanson Stach Stach est un véritable succès. Michaël Youn prend goût aux délires musicales et interprète les morceaux associés à ses films La Beuze et Les 11 Commandements : Le Frunkp et Comme des conards. En 2006, le gaillard revient plus en forme que jamais avec le tube dantesque Fous ta cagoule, titre réalisé en duo sous le nom percutant de Fatal Bazooka. Il monte sur scène en 2005 avec son spectacle PLuskapoil. Considéré comme un concentré de mauvais goût ou même comme le pire spectacle d’humour jamais vu, Michaël Youn s’impose toutefois comme un showman dansant, chantant, jouant avec le public, se déshabillant, criant et tout ça dans une incroyable atmosphère.

Jean-Marie Bigard

Cet ancien professeur de gymnastique, révélé au grand public dans La Classe sur FR3, a écrit plus de 100 sketches avec Laurent Baffie , et bien d’autres avec Franck Godard. Son premier spectacle à succès : Vous avez dit Bigard ? au Point Virgule lui permet de s’installer dans un style « stand-up », dont la caractéristique est de ne pas jouer de sketches mais de s’adresser directement au public durant toute la représentation. Son humour est cinglant, grinçant et souvent obscène. Mais ses propos qualifiés de « vulgaires » ne ne sont souvent qu’un moyen de dénoncer le politiquement correct. Il sait mêler à son langage cru, un réalisme saisissant (l’évidence de ses propos est souvent troublante).

Chaque situation (un diner chez des amis, la valise RTL, la politique) sont pour lui une source d’inspiration. Contesté pour sa grossièreté, Bigard est aussi considéré par beaucoup comme un humoriste doué, une véritable bête de scène. Il ne vous reste plus qu’à vous faire une opinion en vous plongeant dans ses spectacles

NUMBER 1 : les humoristes au cœur tendre

Ils sont considérés comme les humoristes préférés des Français. Et ils dégagent une sympathie évidente…

Jamel Debouze

Avec sa sensibilité familiale et sa franchise, ce nouveau personnage, agité et brouillon, séduit les foules. Le public apprécie sa petite bouille de farceur, son franc-parler, sa tchatche. Le nouveau spectacle de Jamel Debbouze 100 % Debbouze n’épargne personne, de son ancien quartier de Trappes aux quartiers chics parisiens, mais toujours avec énormément d’humour et sans méchanceté aucune. S’inscrivant dans la tradition du « stand up », il n’hésite pas à interpeller les gens du public dans ses spectacles. Il excelle également dans l’art de l’improvisation. Il s’invente une élocution rapide, incohérente, confuse et pleine de néologismes. Egalement connu pour ses dérapages et son ton souvent provocateur, Jamel Debbouze aime faire réagir.

Grâce à son émission le Jamel Comedy club, il bouscule la scène comique française en donnant leur chance à de nouveau talents comiques, de banlieues ou non, qu’ils soient black, blancs et beurs. Il est également un homme engagé en tant que parrain des associations : L’heure Joyeuse et R.Style, collectif d’artiste hip hop Dj, graff, danse….Enfin, Jamel Debbouze est connu pour ses talents de comédien. Il a reçu l’un des prix d’interprétation masculin pour Indigènes.

Frank Dubosc

Là où bon nombre d’humoristes misent sur la vulgarité coup de poing, Frank Dubosc choisit la simplicité : sa vie à lui. Ou plus exactement, la vie de « Franck Dubosc, comédien ». La différence ? Elle tient dans son premier spectacle « J’vous ai pas raconté ? » où l’humoriste passe le plus clair de son temps à raconter ses aventures et autres péripéties, toutes monstrueusement exagérées et romancées.

Un peu mythomane et frimeur, il excelle dans le rôle du « kéké de camping » ou de la caricature du touriste français amateur de pastis et de pétanque. Dans ses spectacles, Pour Toi public ou Romantique public rit de ses personnages exubérants et ridicules (le héros maladroit, le loser des années 1980 ou encore la star), tous conditionnés dans un seul et unique but : séduire la gente féminine. Car Frank Dubosc incarne le type même de l’humoriste romantique. Il s’est également associé à Eli Semoune pour écrire les annonces d’Eli. Comédien, il a joué dans Iznogoud de Patrick Braoudé aux côtés de Michaël Youn et Jacques Villeret. Devenu scénariste aux côtés de de Fabien Onteniente pour le film Camping, il est de nouveau à l’affiche dans le film Disco.

Gad Elmaleh

Avec ses yeux bleus et son charme indéniable, Gad Elmaleh plait et fait rire. Ses personnages sont tous aussi vrai que nature : le « blond » (l’homme parfait qui n’a aucun souci pour surmonter les aléas de la vie), le « pilier de bar » en discothèque, Coco, le père de famille mégalomane qui organise une bar-mitsva royale pour son fils, le grand-père marocain bossu, la voix chevrotante, conscient de sa disparition prochaine dans l’indifférence des siens ou encore Chouchou, le travesti algérien flamboyant. Chacun peut se retrouver dans les situations présentées comme dans celles de son spectacle L’Autre c’est moi : l’impuissance de l’homme face à un meuble Ikéa récalcitrant tout comme le petit complexe d’infériorité face aux gens qui réussissent tout ce qu’ils entreprennent.

Gad Elmaleh dévoile un peu de lui-même dans chacun de ses sketches. Dans son dernier one man show , il s’oriente davantage dans la tradition du « stand up ». D’une manière générale, ses spectacles sont de véritables performances physiques où il intégre aussi bien de la danse que du mime ou du chant. Si vous ne connaissez pas encore le « Gadelmalehland »., procurez-vous de toute urgence les spectacles et les films dans lesquels il a joué.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *