Requiem pour un jardin anglais

Créer des jardins secs, adaptés au réchauffement climatique.

- temps de lecture approximatif de 3 minutes 3 min - Modifié le 17/05/2019 par Anne-H Grisard

Quand la pénurie d’eau douce s’affirme chaque année d’avantage sous nos latitudes, les passionnés de jardins repensent le paysage et créent des espaces inspirés par l’écologie méditerranéenne.

Jardin d
Jardin d'Olivier Filippi

Dans un contexte de réchauffement climatique global, les paysages se transforment : nombre d’espèces végétales migrent spontanément depuis les régions méridionales vers le nord, ou meurent, faute de pouvoir s’adapter suffisamment rapidement. Quand sonne le glas du gazon anglais, l’imagination doit prendre le pouvoir et guider le jardinier dans l’exploration de solutions nouvelles pour concevoir des espaces paysagers pérennes, demandant peu d’arrosage une fois l’installation des végétaux établie. Il convient alors moins de lutter contre l’aridité en marche que de composer avec elle.

La flore des régions de « type méditerranéen », loin de se limiter au laurier-rose et aux lavandes emblématiques de la Provence, offre une extraordinaire variété de feuillages, de formes et de couleurs. Les feuillages gris argent de nombreuses méditerranéennes les rend attrayantes même en l’absence de fleurs.

 

Comment le jardin méditerranéen survit-il sans eau durant l’été ?

Ces plantes, en championnes de l’adaptation, ont développé des stratégies particulières, entre autres leurs feuilles, étroites, parfois réduites à l’état d’épines, coriaces, rendues brillantes par une sorte de cire qui limite l’évaporation de l’eau et réfléchit la lumière du soleil, duveteuses, ou, au contraire, « succulentes » (gorgées d’eau). Les huiles essentielles enveloppant certaines plantes odorantes limitent quant à elles l’évaporation de l’eau tout en repoussant les insectes ravageurs.

 

Le cycle de vie de cette végétation soumise à de rudes contraintes climatiques (canicules, sècheresse, vent violent, épisodes hivernaux parfois très froids, embruns et sel…) diffère de celui des plantes de milieux tempérés : sa période de croissance se situe en automne, en hiver ou au printemps, quand elle peut compter sur des pluies naturelles. Elle entre en dormance au plus fort de l’été, réduisant ses besoins au maximum.

 

Aménager un jardin sec exige avant tout de préparer le sol et de travailler à la main.

Bien comprendre le sol de son jardin, sa composition, son orientation, observer quelles espèces y poussent spontanément, apporte déjà de nombreuses réponses à son aménagement. On travaillera le sol en l’aérant à la fourche-bêche avant d’y implanter les végétaux choisis (cistes, lavandes, phlomis, armoises, …), et, au pied des massifs constitués , on répandra du gravier, des galets, du sable pour éviter une évaporation trop importante de l’eau en été. Les végétaux seront choisis jeunes et plantés encore très petits avec de bonnes racines, implantés dans des cuvettes profondes. Les produits chimiques sont bannis de ce type de jardin, rien ne doit détourner l’évolution naturelle des plantes et leur adaptation spontanée. La taille se fera manuellement , à la cisaille.

 

Le choix des espèces à inviter au jardin sec se fera auprès de pépiniéristes ou de sociétés horticoles savantes spécialisés dans les plantes méditerranéennes.

Ne pas hésiter à choisir en considérant la silhouette du végétal plutôt que la couleur de sa floraison,  intense mais parfois courte. Visiter des jardins ouverts aux particuliers lors d’événements d’ampleur nationale comme les Rendez-vous aux jardins permet de piocher des idées inspirantes. Également se rendre dans des jardins renommés comme les Jardins du Rayol (Var) ou visiter les domaines de certains pépiniéristes comme celui des Pépinières Kuentz (Var) ou celui de Clara et Olivier Filippi (Hérault).

Ne pas hésiter non plus à tenter l’aventure de la germination de graines ! En devenant membre de certaines sociétés horticoles, comme la Société des jardins méditerranéens, par exemple, on peut participer à leur grainothèque et obtenir des semences de plantes méditerranéennes résilientes, adaptées à la sècheresse, « pyrophytes » (résistant au passage des feux de forêts habituels en terrain méditerranéen) …etc.

 

Fruit d’une approche nouvelle et responsable du paysage, le jardin sec n’est pas un jardin au rabais mais un jardin d’avenir, riche de promesses et d’innovations.

 

Bibliographie

Eloge de l’aridité / Arnaud Maurières, Eric Ossart, Marie Taillefer.- Plume de carotte, 2016

Alternatives au gazon / Olivier Filippi.- Actes Sud 2011

La Méditerranée dans votre jardin, une inspiration pour le futur / Olivier Filippi.- Actes sud, 2018

 

Références documentaires présentes à la bibliothèque de Lyon

 

Jardins du Rayol [Livre] / Gilles Clément ; ill. Dominique Mansion.- Actes sud, 2005

Jardins de garrigue / Véronique Mure.- Edisud, 2007

Pour un jardin sans arrosage / Olivier Filippi.- Actes sud, 2007

Jardiner en terrain sec / Serge Schall.- Laroussse, 2016

Un jardin sans arrosage : 20 exemples de style méditerranéen / Jean-Jacques Derboux.- Ulmer, 2019

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *