Vice-Versa ou les méandres de nos émotions

- temps de lecture approximatif de 2 minutes 2 min - Modifié le 04/07/2016 par Sabine Cap'Culture Santé

A l'occasion de la sortie du film Vice-Versa, une brève explication et approche des recherches actuelles sur les émotions et notre cerveau.

« Que se passe-t-il dans la tête des préados, ces êtres fantasques et changeants ? Les studios Pixar mènent l’enquête, en direct du cerveau de Riley, 11 ans. Ce que l’on y découvre, dans une farandole de couleurs acidulées, vaut les meil­leurs bouquins de psychologie. En beaucoup plus rigolo. »
Cécile Mury, critique dans Télérama

D’après Mateus Joffily, neuroscientifique les 5 personnages représentant des émotions du film Vice-Versa (Joie, Tristesse, Colère, Dégoût et Peur) se basent essentiellement sur les travaux de Paul Eckman, un psychologue américain qui a développé toute une série d’outils destinés à repérer les émotions humaines, utilisés aussi bien par des techniciens commerciaux que par les équipes du FBI ! Ces outils servent à décrypter les micro-expressions de nos visages afin de travailler sur ce que nous éprouvons.

De plus, le film aborde la question du lien émotions / mémoire, émotions / hormones avec l’adolescence. Le professeur Joseph Ledoux, professeur au Centre des sciences neurales de l’Université de New York, dans son livre
Le cerveau des émotions met en lumière la complexité d’analyse des émotions, car, malgré toutes les recherches en cours, aucune zone précise du cerveau n’a été identifiée comme porteuse d’une émotion particulière. Il est donc très complexe d’en chercher l’origine, le lien, la réaction :

« le cerveau contient près de 10 milliards de neurones connectés ensemble d’une manière extraordinairement complexe. Ces cellules ont beau faire des choses fascinantes et déroutantes par leurs décharges électriques et leurs échanges chimiques, c’est la genèse des émotions qui apparaît comme l’un de leurs exploits les plus captivants.
Si nous pensons à nos émotions, nous les trouvons à la fois évidentes et mystérieuses. Ce sont les états de notre cerveau que nous connaissons le mieux et dont nous souvenons le plus clairement. Pourtant, nous ne savons pas d’où elles viennent. […] Bien que nos émotions soient au coeur de ce que nous sommes, elles semblent avoir un déroulement propre qui échappe souvent à notre volonté. […]
Même les scientifiques n’ont pas été capables de se mettre d’accord sur ce qu’était une émotion. Malheureusement, l’une des choses les plus pertinentes qui aient été dites au sujet de l’émotion pourrait être que tout le monde sait ce dont il s’agit jusqu’au moment où on demande de la définir.
« 

Sylvie Berthoz, chercheuse à l’INSERM et auteur de La face cachée des émotions décrypte et observe, grâce à des techniques d’imageries cérébrales, comment notre cerveau s’active pour ressentir. Elle aborde notamment l’immaturité du cerveau de l’enfant et de l’adolescent, en analysant la manière de réagir de leurs cerveaux face à des émotions données.

Pour finir, vous pouvez découvrir la théorie des émotions sur le site du cerveau.mcgill.ca, avec les précurseurs suivants :

  • Le psychologue et philosophe William James qui a été l’auteur, avec Carl lange, de la théorie prônant que l’émotion traduit une réponse aux modifications physiologiques
  • Stanley Schachter, auteur, avec Jerome Singer, d’expériences originales montrant que l’expérience émotionnelle dépend du contexte
  • Antonio Damasio, auteur de l’hypothèse des marqueurs somatiques qui a consolidé l’étude des émotions

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *