La sexualité dans la production éditoriale pour adolescents

- temps de lecture approximatif de 13 minutes 13 min - Modifié le 06/07/2016 par Cécile CXR

Longtemps considérée comme tabou, la sexualité prend depuis maintenant plusieurs années une part de plus en plus importante dans la production éditoriale pour adolescents. Comment la sexualité est-elle traitée dans les documentaires et la littérature de jeunesse ? Quels sont les principaux thèmes abordés ? Et pour quels enjeux éducatifs et sociétaux ?

L’éducation sexuelle des jeunes s’inscrit dans un contexte particulièrement problématique. L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) insiste en effet dans un récent rapport sur les « Standards pour l’éducation sexuelle en Europe » (2010) sur l’augmentation du nombre de contaminations par le VIH/Sida et autres maladies sexuellement transmissibles, des grossesses non prévues chez les adolescentes ainsi que des violences sexuelles recensées. L’enjeu actuel serait donc de permettre aux jeunes de maîtriser et de comprendre les différents aspects de la sexualité, en leur fournissant des informations précises, objectives et suffisamment accessibles. Ce besoin se fait d’autant plus sentir que les spécialistes annoncent une avancée progressive de l’âge de la puberté, provoquée semblerait-il par divers facteurs environnementaux et génétiques, et induisant nécessairement une maturité sexuelle plus précoce. Outre les cours d’éducation sexuelle prévus dans les programmes scolaires en France, les ouvrages produits sur cette thématique par l’édition pour la jeunesse apparaissent comme des supports intéressants. Longtemps traitée de manière stéréotypée et consensuelle dans les documentaires et considérée comme un tabou dans les romans, la sexualité est désormais rendue plus visible.

Documentaires pour la jeunesse et sexualité

Depuis quelques années, le documentaire pour la jeunesse doit rivaliser avec l’abondance d’informations mises à disposition sur Internet. Le thème de la sexualité n’échappe pas à cette comparaison. Bien au contraire, la possibilité pour les jeunes d’accéder à des contenus bruts, sans aucune médiation, apparaît comme l’une des préoccupations majeures de notre époque.
Parmi la production pour pré-adolescents et adolescents abordant le thème de la sexualité, il faut noter qu’une grande proportion de documentaires est proposée hors collection par les éditeurs jeunesse. Néanmoins, deux collections, « Hydrogène » et « Oxygène », issues du catalogue de De La Martinière Jeunesse, comptent parmi les plus présentes sur ce terrain.

Sexualité et documentaires ados : panorama général

Le documentaire pour la jeunesse, quand il aborde le thème de la sexualité, a évolué vers un format plus complet. Rares sont aujourd’hui les ouvrages s’intéressant exclusivement à la reproduction humaine et à la part uniquement biologique de la sexualité.
Bien entendu, l’aspect anatomique est toujours largement développé et son fonctionnement expliqué, notamment par le biais de représentations visuelles. Néanmoins, s’adressant à un lectorat passant de l’enfance à l’âge adulte, ces documentaires s’intéressent particulièrement aux changements que connait le corps au moment de la puberté. Parmi les autres thèmes abordés, on retrouve la question du plaisir, de l’orientation sexuelle, des maladies sexuellement transmissibles ou encore des violences sexuelles.
L’approche de l’ensemble de ces thèmes diffère en fonction du public visé. Nombre d’entre eux sont en effet généralistes et s’adressent à un public mixte. Il s’agit alors de répondre à la fois à un ensemble de questions non sexuées, susceptibles d’intéresser chacun(e) des jeunes lecteurs et lectrices, et à des questions spécifiques liées au sexe féminin ou masculin.


Parmi les ouvrages souhaitant s’adresser au plus large public, on trouvera des titres tels que La sexualité expliquée aux ados de Magali Clausener-Petit, Sexe : petit manuel à l’usage des débutants de Jasminka Petrovic ou encore La sexualité des ados racontée par eux-mêmes de Didier Dumas.
Récemment paru chez Syros, Est-ce que ça arrive à tout le monde ? de Jan von Holleben et Antje Helms se détache du modèle traditionnel du documentaire jeunesse sur la sexualité. Dépourvu de schémas ou de photos explicatifs, cet ouvrage, illustré de portraits d’adolescents, s’attache à répondre à des questions tant habituelles qu’insolites, techniques ou relationnelles. Les auteurs parviennent également à déconstruire certaines règles imposées par la société en abordant quelques sujets souvent tabous, tels que la pornographie, l’asexualité, etc.

De plus, ces ouvrages portent une attention particulière à « la première fois », comme par exemple La première fois de Denise Stagnara, Premières expériences sexuelles de Anne Vaisman ou Premières fois, mode d’emploi ! de Eva Ricci.
Les documentaires pour la jeunesse abordant le sujet de la sexualité ne se détachent jamais de la dimension psychoaffective que les relations intimes peuvent induire. Aucun des documentaires évoqués ne s’aventure à parler aux jeunes de sexualité sans parler de sentiments.
Cette tendance se retrouve d’ailleurs dans de nombreux titres : C’est ta vie ! L’encyclopédie qui parle d’amitié, d’amour et de sexe aux enfants, de Thierry Lenain, L’amour, la sexualité et toi de Magali Clausener-Petit, Sexe, amour et sentiments de Anne Vaisman, Ils s’aiment ! sentiments amoureux et sexualité de Françoise de Guibert et Delphine Pontégnier ou encore Ados, amour et sexualité, de Sylvain Mimoun et Rica Etienne.
Ce dernier titre présente la particularité d’exister en trois versions. En effet, avant de paraître en 2012 dans une édition non sexuée, les auteurs avaient tout d’abord proposé dès 2001 deux volumes, version fille et version garçon.
Cette distinction est très courante dans l’édition de documentaires sur la sexualité, et filles et garçons se voient souvent proposer une offre différente. On trouvera d’une part des ouvrages généralistes, type dictionnaires, destinés aux jeunes filles. Organisés sous forme d’articles, ils proposent des définitions et des exemples sur différents thèmes liés à la vie quotidienne des (pré-)adolesentes dont font bien entendu partie la sexualité et la puberté. Plusieurs maisons d’éditions proposent ce type de titres : Hachette Jeunesse et L’ABC des filles, Gründ et L’encyclo des filles, Fleurus et le Dico des filles, La Martinière Jeunesse et ses Questions intimes de filles, rien que pour les filles, etc.
Bien qu’usant de formats différents, cette binarité se fait également sentir du côté des garçons, auxquels vont être proposés des documents comme Nous les garçons de Raphaël Martin, Petit livre de la sexualité écrit par des garçons pour des garçons de Laurence Baulade ou bien La sexualité, les filles et moi de Anne Vaisman.

Le guide du zizi sexuel, un doc pas comme les autres


Toujours très apprécié, le personnage de bande dessinée Titeuf a été mis à contribution par son géniteur Zep pour participer à l’éducation sexuelle de ses jeunes lecteurs. Créé en 2001 en collaboration avec Hélène Bruller, son format comme le ton employé en fait un ouvrage à part dans la production documentaire pour la jeunesse.
A destination des 9-13 ans, selon l’éditeur, l’humour propre à cet univers permet à la fois d’instaurer une certaine distance, sans pour autant manquer de la précision scientifique nécessaire. L’objectif de cet ouvrage est de présenter de façon visuelle et en dédramatisant les différents passages obligatoires qui ponctuent la vie des pré-adolescents et des adolescents.*]

VIH et IVG : enjeux collatéraux


De nombreuses problématiques sont inhérentes au thème de la sexualité, particulièrement lorsqu’il s’agit de s’adresser à de jeunes lecteurs. Dans ce cadre-là, la littérature documentaire pour adolescents ne peut pas se permettre d’oublier certains sujets, tels que les maladies sexuellement transmissibles ou l’avortement. Si les ouvrages généraux déjà évoqués s’y intéressent presque systématiquement à l’occasion d’un chapitre, très peu de documents y sont exclusivement consacrés.
L’éditeur pour la jeunesse Syros propose une gamme de collections documentaires tournées vers les thèmes et enjeux de société actuels, comme « J’accuse » et « Femmes ! ». Leur approche globale permet aux auteurs d’approfondir tant les causes que les conséquences, et tant les aspects techniques que politiques.
Ainsi, VIH-Sida, la vie en danger de Aggée Célestin Lomo Myazhion et Le droit de choisir : l’IVG en France et dans le monde de Catherine Gentille proposent, en plus de témoignages, des dossiers très complets sur leurs sujets respectifs.
D’un point de vue scientifique, le premier va s’intéresser en détail aux modes de transmission, au dépistage, à la prévention, à l’évolution de la maladie, etc. Le second, en dehors de l’expression des combats historiques menés pour le droit à l’IVG et de la législation, évoque également les procédures. Ces deux ouvrages proposent par ailleurs un nombre intéressant d’autres ressources et de contacts utiles.

La sexualité dans les romans pour la jeunesse : reflet des préoccupations adolescentes ?

L’un des objectifs principaux de la littérature de jeunesse contemporaine, et particulièrement du roman réaliste ou roman-miroir, est de se faire le reflet des préoccupations de son lectorat. Pourtant, il faut garder à l’esprit que celui qui parle n’est en réalité que l’auteur adulte par le biais d’une figure romanesque adolescente, signifiant ainsi que l’adolescent « réel », lui, ne s’exprime pas. Le regard du jeune narrateur ou du jeune héros proposé au lecteur n’est donc qu’un leurre narratif visant à créer un lien entre les tourments et les difficultés du protagoniste et ceux du destinataire. Néanmoins, si l’on peut émettre des doutes sur le mode de transmission d’un auteur adulte à un lecteur adolescent, et sur le risque de reproduire une réalité stéréotypée et sur une possible volonté moralisante, les thèmes abordés demeurent principalement conformes aux questionnements adolescents. Et ces questionnements, tels que la sexualité, la mort, la solitude, etc., même s’ils sont monnaie courante dans la littérature générale, sont bien souvent considérés comme tabous.

Questions de sexualité : prépondérance de la première fois

La sexualité est l’un des thèmes les plus présents dans la littérature pour adolescents. Qu’il s’agisse de l’envisager dans le cadre d’une relation amoureuse ou d’insister sur la première expérience du héros, les romans mettent généralement en avant les angoisses qui accompagnent la sexualité des adolescents.
Les genres de l’intime, et par conséquent les romans d’amour, investissent largement la littérature de jeunesse, ce qui favorise l’évocation de la sexualité. C’est d’ailleurs tout l’enjeu de la saga Twilight de Stephenie Meyer, dont l’histoire d’amour entre les deux personnages est développée platoniquement dans les trois premiers tomes pour aboutir à une concrétisation physique (après le mariage) dans le dernier épisode. Cet exemple n’est pas anodin et illustre le fait que le thème de la sexualité, dans les fictions pour la jeunesse, n’est, généralement, pas non plus abordé par les auteurs indépendamment de celui de l’amour.

Néanmoins, malgré les réticences de certains, les auteurs et les éditeurs commencent à imposer la présence d’une sexualité, bien que toujours morale, dans les œuvres destinées aux adolescents, d’autant qu’il ne s’agit pas uniquement d’éduquer mais également de participer au processus dramatique et émotionnel de l’intrigue. Il est donc important de noter que l’évolution des mentalités permet d’aborder plus directement les questions liées à la sexualité.
A l’origine, il semble que le roman de Judy Blume, Pour toujours, relatant la rencontre passionnelle de Katherine et Michael, puisse être considéré comme le premier ouvrage destiné aux adolescents parlant explicitement de sexualité. Controversé dès sa parution en 1989, il semble qu’aujourd’hui encore son approche franche des relations intimes ne passerait pas inaperçue.

Par ailleurs, de nombreux romans traitent aujourd’hui de la question de la première relation sexuelle. Le caractère particulièrement important de cette étape dans la vie des adolescents et des jeunes adultes en fait un sujet prépondérant dans la littérature destinée à ce public. Parmi les auteurs abordant le sujet, Arnaud Catherine, dans son livre Moi je, met en scène le jeune Doriand dont la vie, malgré les différentes difficultés auxquelles il doit faire face, est régit par son obsession pour Julie.
Maud Lethielleux, quant à elle, s’intéresse au même sujet à travers le cheminement d’un personnage féminin, Capucine, dans J’ai quinze ans et je ne l’ai jamais fait. Les questionnements et les changements qui surviennent à l’approche de cet événement sont également au centre du roman de Marie Gray, La première fois de Sarah.
Enfin, la collection « Scripto », chez Gallimard, propose un ouvrage collectif réunissant une série de nouvelles écrites par plusieurs auteurs jeunesse réputés axées sur La première fois.
Si l’une des nouvelles de ce recueil concerne un héros homosexuel, il faut noter que, même si la littérature de jeunesse propose de plus en plus d’histoires entre personnes du même sexe, celles-ci sont exclusivement tournées vers des problématiques identitaires et sentimentales. La sexualité en est donc généralement exclue. Le roman Frère, de Ted Van Lieshout, est l’exception à ce phénomène, puisque le lecteur découvre le récit que fait dans son journal intime l’un des personnages, Marius, de sa relation sexuelle avec son ami Alex.

Melvin Burgess, auteur controversé


L’écrivain britannique Melvin Burgess s’intéresse particulièrement dans ses romans à la question de la sexualité des adolescents. Une idée fixe, par exemple met en scène trois garçons obsédés par le sexe. Le récit, en alternant les points de vue, entre dans la tête de ses adolescents qui ne pensent qu’à une chose : passer à l’acte. Parlant de sexualité de façon naturelle et sans pudeur, ce livre n’a évidemment pas fait l’unanimité chez les adultes et fut parfois taxé de pornographique. L’auteur, il est vrai, n’hésite pas à employer des termes crus et à mettre en scène, sans aucun voile, les rapports entre garçons et filles à cet âge.
Dans un roman comme celui-ci, Melvin Burgess fait le choix de parler de la sexualité adolescente de manière hyperréaliste et pragmatique, provoquant nécessairement certaines réactions. D’une part, ses partisans évoquent la nécessité d’informer clairement les jeunes sur le sujet, tandis que, d’autre part, ses détracteurs lui reprochent de montrer des situations appartenant au registre de l’intime et du secret.

Cependant, Melvin Burgess s’exprime également de manière allégorique sur ce thème-là. Avec Lady, ma vie de chienne, il s’attaque plus spécifiquement à la problématique de la sexualité féminine. Sandra, une adolescente à la sexualité débridée, se trouve transformée en chienne par un sans-abri qu’elle a mis en colère. Dans la peau de l’animal, celle qui est devenue Lady peut alors satisfaire librement ses désirs. De cette manière, l’auteur affranchit son personnage du carcan moral qui l’oppresse au début du roman, pour lui permettre d’accéder à une liberté animale, sans normes sociales. Il s’agit alors de dénoncer par ce procédé les discours moralisateurs et de revendiquer la liberté des jeunes filles à disposer de leur corps.

La production actuelle en littérature de jeunesse, documentaires et fictions confondus, présente certaines limites lorsqu’il s’agit d’aborder la question de la sexualité, tant dans la forme que dans le fond. Cependant, à l’instar de l’ensemble des domaines auxquels peuvent s’intéresser les éditeurs et les auteurs produisant des ouvrages à destination d’un jeune public, de nombreuses évolutions sont à constater ces dernières années. Les propos, les formats et les modes d’expression apparaissent de plus en plus libres. Ainsi, si certains thèmes restent encore timidement abordés, il faut tout de même constater un élargissement intéressant des contenus.
L’ensemble de ces ouvrages, en participant à l’éducation sexuelle des lecteurs, permet à ces derniers d’accéder à une compréhension personnelle et mutuelle indispensable. Outre le simple fait de tenter d’accompagner les jeunes vers une sexualité épanouie, il s’agit également de mener à l’égalité entre les sexes, à la lutte contre les violences sexuelles et à l’élimination des discriminations.
Ainsi, la littérature de jeunesse, lorsqu’elle s’intéresse à la sexualité, se présente d’abord comme un outil de prévention, contre les maladies, les violences ou encore la surexposition sexuelles. Par ailleurs, son objectif est aussi de participer à l’éducation civique des enfants et des adolescents, en leur proposant des normes et des valeurs susceptibles de les aider à appréhender les codes de notre société.

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *