A redécouvrir

Primitive and deadly / Earth

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - par Juliette A

Sorti en 2014, Primitive and deadly, est un album de l’intemporel groupe de drone originaire d’Olympia.

Dylan Carlson (guitare) et Adrienne Davis (batterie) s’associent ici à Bill Herzog (basse) pour un retour à la source d’un drone instinctif, faisant naître un paysage désolé traversé de riffs lourds et dépressifs. Earth a réussi à créer un genre à part entière, à planter une atmosphère singulière qui leur colle à la peau : on n’attend pas d’être surpris par un nouvel album du groupe, mais plutôt de replonger dans cette signature sonore qui lui est si particulière et qui imprègne sa discographie.

Le premier titre de 9 minutes « Torn by the Fox of the Crescent Moon » ouvre l’album sur un heavy hypnotique rythmé par la batterie minimale d’Adrienne Davis. C’est lent, lourd, et ça colle bien au titre de l’album « Primitive and deadly » : on entre vite dans cette rythmique pesante déchirée par de longues notes saturées, presque à la limite du larsen, de la guitare.

L’album est sublimé par la participation de Mark Lanegan dans « There Is A Serpent Coming » : le featuring apparaît comme une évidence, quoi de mieux que cette voix rocailleuse, érodée par le désert californien, scandant ces paroles ayant donné son nom à l’album ?

L’album comporte seulement cinq titres, mais qui s’étirent dans le temps. Le sublime « From the zodiacal light », de plus de 11 minutes nous transporte dans un paysage lunaire à l’image de la pochette, transcendé par la voix de Rabia Shaheen Qazi du groupe Rose Windows.

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *