logo-article

Uhrwald Orange

Die Wilde Jagd

Uhrwald Orange est le deuxième album de ce groupe allemand (littéralement "la chasse sauvage") trop peu connu, qui fait regretter de ne pas avoir choisi l’allemand en LV1.

Un krautrock hypnotique à la limite de l’électro se déploie sur 8 morceaux aux durée vertigineuses (entre 8 et 15 min !), laissant à l’auditeur le temps de se laisser envahir par ce groove métronomique du duo allemand.

Flederboy ouvre l’album avec un long riff de basse de 15 minutes à la limite de la transe, volutes s’enroulant et se déroulant, relancées par une batterie martiale.

On est ensuite emportés par la danse lascive de Stangertanz, aux sonorités dépouillées mais à la rythmique terriblement efficace.

Seuls trois titres sont chantés par Sebastian Lee Philipp, dont le sublime Ginsterblut, balade nostalgique aux allures sixties, accompagnée par la reverb de la guitare.

Un chef d’oeuvre à découvrir, pour se laisser transporter sur les ondulations krautrock.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *