logo-article

Te Deum pour les victoires de Louis XV

Henry Madin

L'hymne latin "Te Deum" mis en musique est chanté à l'occasion de services solennels (victoires, fêtes nationales, naissances princières, etc... ) pour rendre grâce à Dieu. Principalement attaché aux fastes de l'Ancien Régime, Il a inspiré de nombreux chefs d'oeuvre. Celui d'Henry Madin, compositeur lorrain en charge de la musique à la Chapelle du Roi à Versailles fut créé en 1744 en l'église Saint-Geneviève pour saluer la prise de Fribourg.

Il fut ensuite rechanté à Versailles pour célébrer d’autres prouesses militaires royales. Au delà de son aspect purement musical, le Te Deum, sorte de motet d’état intimement lié à la famille royale, se révèle un puissant outil politique, le monarque entendant ainsi associer de manière indissoluble – et à son avantage – gloires royale et divine.

Pour redonner vie à ce monument méconnu  l’ensemble baroque de Nantes Stradivaria s’associe, sous la direction de Daniel Cuiller, au choeur Les Cris de Paris. En une alternance de récits et de choeurs (petits et grands) ce Te Deum déploie ses splendeurs pour célébrer dignement, la ferveur officielle – ou obligatoire – de Versailles. L’orchestre parvient à allier savamment majesté et légèreté (belles trompettes). Le choeur est excellent, autant dans sa forme restreinte qu’en plus grand effectif et les nombreux passages fugués sont d’une clarté et d’une lisibilité remarquables. Les interventions du ténor Robert Getchell font entendre un timbre inhabituel et touchant de haute-contre à la française qui ravit par sa souplesse dans la tessiture équivoque de l’aigu.  Le beau  motet « Diligam te, Domine » vient compléter ce superbe enregistrement réalisé, comme il se doit, en la chapelle royale de Versailles.

Voir au catalogue

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *