logo-article

Survivants en Ukraine

Stephen Shore

Informé du projet humanitaire Survivor Mitzvah Project destiné à venir en aide aux derniers survivants de l'Holocauste en Europe de l'Est, Ginger Shore, épouse du célèbre photographe américain Stephen Shore, lui suggère d'aborder un sujet très personnel, inhérent au pays que son grand-père paternel avait dû quitter.

 

Dans son dernier ouvrage édité en français, Stephen Shore se rend en Ukraine pour aller à la rencontre des survivants de l’Holocauste. Quand la Wehrmacht commença à envahir en 1941 l’Union soviétique, il fut décidé du génocide sur place de tous les juifs ukrainiens. Ces derniers étaient conduits sur des lieux de massacre près de chez eux et étaient systématiquement exécutés par les escadrons de la mort nazis. Une fois la guerre finie, ceux qui avaient fui ont retrouvé leur maison détruite et n’ont bénéficié d’aucune aide.

Stephen Shore s’attache dans le livre à nous présenter une vingtaine de survivants dans leur cadre de vie actuel. Il parvient avec beaucoup de tendresse et de respect à nous restituer leur histoire en mêlant portraits, vues d’intérieurs et d’extérieurs immédiats. Les portraits sont pris à la bonne distance, laissant au sujet la liberté de positionner son regard par rapport à l’objectif et de choisir sa pose. Les objets – meubles, bibelots, repas en préparation, aliments cueillis pour la consommation personnelle ou la vente, éléments de décoration domestique – sont eux aussi traités avec les mêmes égards. Ils gardent leur existence en propre, les traces de leurs usages. Ils ne sont pas rangés en ordre, mais seulement individualisés par le cadrage. Tout est à sa place, les personnes photographiées se montrent humbles et fières d’avoir réussi à continuer à vivre. Dans toutes les images, la lumière est diffuse et les couleurs apparaissent naturellement douces. Aucune tristesse ne transparait, seulement la force inextinguible de la vie.

Ce livre s’inscrit pleinement dans l’œuvre de l’artiste qui révolutionna la photographie dans les années 70, en imposant la couleur et le vernaculaire. Il constitue en outre un témoignage particulièrement abouti et bouleversant sur la capacité de résilience de l’être humain.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thèmes :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *