logo-article

Normal

Warren Ellis

Après Gun Machine dans lequel il nous proposait de suivre la traque haletante d’un tueur à gages à travers les rues de Manhattan par un flic médiocre, avec Normal, Warren Ellis renoue avec le style complètement déjanté de son premier roman : Artères souterraines.

Normal Head est un institut psychiatrique de l’Oregon spécialement conçu pour accueillir ceux dont le travail consistait à prévoir et orienter l’avenir de l’humanité, mais dont l’esprit a été brisé par le futur qu’ils ont entrevu. Ici les patients sont des stratèges militaires devenus paranos, des consultants en géopolitique dépressifs, des urbanistes cannibales ou des gourous des nouvelles technologies ayant perdu tout contact avec le réel.

Après avoir lui aussi « fixé l’abîme », Adam Dearden est envoyé à Normal Head. Le soir même, un malade disparaît de son lit pour ne laisser à sa place qu’une nuée d’insectes. S’en suit une enquête hallucinée menée tambour battant par une poignée de patients persuadés qu’il s’agit bien évidemment d’une conspiration à l’échelle planétaire qui se joue ici.

À Normal Head, entre les délires paranoïaques des malades et un réel dominé par les nouvelles technologies, on se rend compte que la frontière est bien mince, voire même poreuse… Au fil de la lecture, le lecteur va se faire embarquer dans l’agitation maniaque de ces enquêteurs auto-proclamés et ses repères vont rapidement se brouiller, comme s’il était lui aussi en train de sombrer. Un thriller d’anticipation cyberpunk décalé et jubilatoire comme sait si bien le faire le créateur de Transmetropolitan.

 

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *