logo-article

Ma vie de Bacha Posh

Nadia Hashimi

« Ma voix n’est pas celle d’une fille déguisée en garçon. C’est un son plus puissant. Invincible ! »

Le bacha posh, c’est cet enfant porte-bonheur, en Afghanistan, cette fille que l’on transforme en garçon lorsque la famille n’a pas eu « la chance » d’en avoir un. Et c’est ce qui arrive à Obayda, benjamine d’une sororie de 4 filles, qui devient soudain Obayd, le fils choyé de ses parents. D’abord désemparée, la fillette, que tout le monde ne considère désormais plus que comme un garçon, rencontre à l’école Rahim, une autre bacha posh. Commence une amitié qui leur permettra d’explorer toutes les facettes des interdits réservés aux filles et aux femmes. Les deux enfants prennent alors conscience, parfois douloureusement, du fossé qui sépare les genres qu’ils partagent désormais.

Dans une communauté où le traditionalisme cède parfois à la violence, où les contraintes sont arbitrairement imposées à une frange majeure de la population, Obayd-a et Rahim-a brisent les codes édictés et s’épanouissent en se découvrant des trésors de force, de courage et d’ingéniosité, même si leur émancipation n’est que provisoire…

Nadia Hashimi, déjà autrice de La Perle et la Coquille, nous livre ici un ouvrage sensible pour jeunes et moins jeunes, soulevant la question cruciale des inégalités entre hommes et femmes, en Afghanistan où se déroule l’histoire, mais aussi tout autour du monde. La tradition du pacha posh, très ancienne dans ce pays, mais qui se pratique encore dans certains milieux ruraux, sert de point d’ancrage pour révéler toutes les possibilités, toutes les capacités, toutes les ressources inhérentes aux jeunes filles, mais qu’on peut leur refuser car elles sont nées avec des attributs féminins.

L’écrivaine souligne également le problème de la montée des régimes brutaux et misogynes comme celui des talibans, qui s’est acharné à supprimer les femmes de la sphère publique, intellectuelle ou artistique. Son récit est une ode à la renaissance vaillante de ces femmes politiques, pilotes, peintres, journalistes, étudiantes, etc, dans les pays qui ont subi ce brutal effacement.

Ma vie de Bacha Posh ravira les filles et les garçons qui aiment braver le champ des possibles, et qui ont envie de s’interroger sur ce que peut leur offrir la société dans laquelle ils et elles évoluent.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *