logo-article

La ville pour tous : repenser la propriété privée.

Un remède à la crise du logement dans les métropoles ?

Robin Rivaton

« Partout, on exhorte à toujours plus de mobilité vers les grandes villes, alors même que les prix de l’immobilier ne cessent d’augmenter et d’exclure. Le foncier est aujourd’hui la ressource la plus rare au monde ! »

Pour  l’auteur, Robin Rivaton, entrepreneur spécialiste de l’immobilier, si le prix des logements s’enflamment dans les métropoles au point de devenir inaccessibles, il est dès lors urgent de re-définir la notion même de propriété immobilière.

Car c’est la définition même de la propriété  qui pose problème : une fois acquis, le bien immobilier peut devenir un placement, une rente, car il est transmissible à volonté dans le temps, ce qui empêche de loger davantage de personnes dans les grandes métropoles.

En conséquence, «dans les métropoles, la propriété est désormais réservée à une niche de la population» nous explique l’auteur.

Pourtant, ne nous trompons pas : Robin Rivaton est très en faveur de la propriété privée : libéral convaincu, ancien conseiller de Bruno Le Maire et de Valérie Pécresse, l’auteur souligne avant tout dans son livre combien il est important de faire baisser le prix de l’immobilier.

Mais comment s’y prendre alors pour baisser drastiquement le prix de l’immobilier ? Pour l’auteur, il faut passer par des mesures radicales : « confisquer, construire et contrôler ». En un mot, il faut encadrer la propriété. Pour exemple, il propose de remettre à plat la fiscalité immobilière, en taxant la détention plutôt que les transactions et il avance l’idée d’un impôt immobilier « personnalisé », basé sur l’auto-évaluation de son bien, ce qui, selon lui, découragerait la spéculation.

Un livre à lire, car la solution proposée par l’auteur est originale, et s’éloigne des théories économiques traditionnelles basées la plupart du temps sur l’encadrement des prix de l’immobilier par les pouvoirs publics.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *