logo-article

Expiations – celles qui voulaient se souvenir

Kanae Minato

Un roman noir japonais sur l'expiation d'une faute commise par des petites filles de 10 ans...

Dans une petite ville isolée du Japon quatre petites filles âgées de 10 ans, sont amies. Emiri, qui vient d’aménager avec ses parents issus d’un niveau social élevé et aisé, ne tarde pas à sympathiser avec elles et rejoindre le groupe d’amies.

Un jour d’été, lors d’une fête traditionnelle, elles s’isolent toutes les 5 pour jouer dans la cour de récréation. Un homme vient les aborder pour demander de l’aide, et  s’éloigne rapidement avec Emiri. Plusieurs heures s’écoulent avant que les jeunes filles ne partent à la recherche de leur amie et ne la retrouve dans les vestiaires de l’école, violée et assassinée.

Pendant des mois l’enquête ne progressera pas, notamment dû au fait qu’aucune des petites filles n’est capable de se souvenir du visage du meurtrier.

Tandis que la police met l’affaire de côté, la mère d’Emiri invite les 4 amies pour une ultime rencontre : elle les menace alors de se venger de chacune d’entre elles si elles ne retrouvent pas l’identité du meurtrier.
Durant 15 ans, les amies vont grandir en s’éloignant les unes des autres et choisir leur chemin pour se venger ou expier leur faute…

 

Un roman qui décrit subtilement les castes sociales de la société japonaise, et leurs impacts sur les interactions entre enfants, mais surtout entre enfants et adultes.

L’auteure aborde des thèmes omniprésents dans la société japonaise tels que la hiérarchie, les relations hommes-femmes, l’éducation, tout en y apportant un regard critique. L’écriture est fine et  ne tombe jamais dans le glauque. Le dénouement est parsemé au fil des 5 chapitres par petites touches.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :
Thème :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *