logo-article

Digital Kabar

Electronic Maloya from La Réunion since 1980

Inscrit au patrimoine immatériel de l’UNESCO en 2009, le maloya de la Réunion ne cesse de se déployer dans nos discothèques.

Ici, les rythmes ternaires du maloya et binaires de la techno s’accordent à merveille. Il faut dire que leur quête est la même : faire danser, provoquer le lâcher-prise, la transe. Cette compilation regorge de trésors inentendus qui disent à merveille la parenté d’esprit du maloya et des cultures électroniques. Une fusion opérée d’abord timidement depuis les années 1980 puis dont la formule convainc une nouvelle génération de musiciens qui y vont chacun de leur (re)lecture.

‘Entre tradition et modernité’ comme on dit dans les documentaires diffusés l’après-midi : ce maloya électronique prend des formes diverses, volontiers minimaliste, il intègre souvent des vocaux ou des phrases scandées, des percussions traditionnelles comme le kayamb et le roulèr, associés au dobre, le tout en dialogue avec les rythmiques et textures électroniques.

Un mariage qui a de l’avenir.

 

Patrick Manent – Kabaré Atèr (Jako Maron remix)

Sheitan Brothers – Gardien volcan

Ti Fock – Kom Lé Long (Do Moon edit)

Force Indigène & Jako Maron – Mazigador

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *