logo-article

Something about April II

Adrian Younge

Adrian Younge déclare étudier la musique d'Ennio Morricone depuis 20 ans. On comprend aisément que ce dernier soit l'une de ses idoles.

Le multi-instrumentiste, compositeur et arrangeur américain Adrian Younge multiplie les projets avec une double obsession (au moins). Celle d’un son ‘soul’ qu’il juge de référence et qu’il n’hésite pas à circonscrire à la période 1968-1973. Et celle d’un son et d’un esprit hip hop dont il situe la limite de l’intérêt à 1997. Un jusqu’au-bout-isme teinté on l’espère d’un peu d’ironie mais qui prouve surtout son amour du travail bien fait et de la minutie, que son travail de chef d’orchestre moderne exige.

C’est le hip hop qui l’a fait tomber dans la soul : il a d’abord expérimenté avec les sampleurs, recherché le groove parfait. Mais au-delà de la grammaire musicale très ludique du hip hop, c’est le son des 70s qui le fascine. Plutôt que de pêcher cette matière première il va la créer lui-même et étudie tous les instruments que convoque la soul…

Il a produit plusieurs albums pour le rappeur Ghostface Killah, invité le chanteur des Delfonics sur un album, et a même récemment joué live avec son ‘orchestre’ Venice Dawn avec le mythique Wu-Tang Clan. Il fait également partie du trio Phryme (dont il compose les instrumentaux ensuite samplés par DJ Premier et sur lesquels Royce Da 5’9″ rappe…)

A l’instar d’autres musiciens ou formations multi-cartes comme El Michels Affair, Heliocentrics ou encore BadBadNotGood, Adrian Younge brouille les pistes musicales et temporelles. Mais il espère par-dessus tout ne pas se cantonner à la redite nostalgique, et offrir du neuf non pas avec du vieux, mais avec de l’authentique.

Ecoutez pour vous en convaincre le Morriconesque ‘Sea motet’, le psyché pop ‘Memories of war’ avec en invité vocal Laetitia Sadier (Stereolab), et le plus soul ‘Sitting by the radio’ :

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *