Danse

Philippe Decouflé, roi de la danse pop !

- temps de lecture approximatif de 6 minutes 6 min - Modifié le 06/02/2018 par le fonctionnaire inconnu

Philippe Decouflé, le plus populaire des chorégraphes contemporains, revient à la Maison de la Danse de Lyon du 20 au 29 septembre pour de Nouvelles pièces courtes, un spectacle ludique et coloré, résonnant comme un retour aux sources d'une carrière qui a débuté il y a plus de 30 ans !!

Nouvelles pièces courtes
Nouvelles pièces courtes © Laurent Philippe

Deux milliards de téléspectateurs !!! Combien de chorégraphes peuvent se targuer d’avoir eu autant de spectateurs durant leur carrière ? C’était à l’occasion des Jeux Olympiques d’hiver 1992 qui avaient lieu en France. Vous allez dire que ça commence à dater ? Oui, mais ça marque aussi un moment décisif dans l’histoire de la danse contemporaine en France. En effet, à partir de cette date, tout le monde ou presque pourra dire qu’il a vu de la danse contemporaine !!

Les Jeux Olympiques comme tremplin de la danse contemporaine !

Les années 1980 marquent l’émergence – aux antipodes du ballet classique – de la nouvelle danse française [Vidéo en ligne sur Numeridanse.tv, 22mn]. Celle-ci est alors représentée par des chorégraphes tels que Philippe Decouflé bien sûr, mais aussi Maguy Marin, Jean-Claude Gallotta ou Régine Chopinot (pour qui il travaillera).

Après quelques  spectacles remarqués mais à l’audience encore confidentielle, Philippe Decouflé se voit confier la mise en scène des cérémonies de l’événement le plus regardé dans le monde, les Jeux olympiques. La pression est énorme, le travail titanesque, mais l’occasion est unique et le résultat à la hauteur de l’événement. Ce n’est pas strictement un spectacle de danse, c’est un spectacle universel. La France et le monde découvrent alors l’univers foisonnant, fantaisiste et joyeux de Philippe Decouflé ! Il devient une star.

A voir aussi : toute la cérémonie d’ouverture des Jeux Olympiques d’Albertville 1992 [Youtube]

A lire aussi : Les cérémonies des JO, un art chorégraphique / Rosita Boisseau [Article sur LeMonde.fr, 2014]

La danse pop

Certes, un spectacle ne peut pas résumer une carrière de 35 ans, mais il reflète assez bien ce qu’est la danse de Philippe Decouflé. Au-delà de sa popularité, on pourrait dire que Philippe Decouflé a en effet inventé la danse pop, comme il existe une musique pop ! Car si Decouflé rencontre un immense succès populaire, ce n’est pas par hasard : il adore la culture populaire. Fan de BD et de SF dans sa jeunesse, il se forme notamment aux arts du spectacle par le cirque, le plus populaire des arts du spectacle.

En héritier du maître Alwin Nicolaïs [portrait sur Ina.fr, 1977], grande figure de la danse contemporaine, pionnier dans la réalisation d’œuvres multimédia et créateur d’une forme de spectacle total, Philippe Decouflé accorde la même importance aux danseurs, aux costumes, aux décors, à la lumière, à la scénographie, à l’image et à la musique !

Le premier spectacle qui marque le public, autant que l’identité de la compagnie, c’est Codex [voir en DVD, 1987]. Pour cette création, il s’est inspiré du Codex Seraphinianus [voir le livre en PDF], une encyclopédie dessinée dans la fin des années 70 par un jeune italien, Luigi Séraphini. Un livre dont les animaux fantastiques, les plantes imaginaires et les légumes vivants vont nourrir l’imaginaire chorégraphique de Philippe Decouflé, ainsi que celui du costumier Philippe Guillotel, bien au-delà de ce seul spectacle.

Fan également de cinéma, il réalise de nombreux courts-métrages, clips [voir le clip True Faith de New Order, 1987] ou même  publicités [voir la pub France Télécom pour la numérotation à 10 chiffres, 1996]. Seuls ses projets de long-métrage restent à ce jour inachevés, simple signe qu’il excelle dans l’énergie du format court.

A voir : Kaleïdoskop / vidéos, essais et courts-métrages de Philippe Découflé [DVD, 2004]
Cet ensemble retrace en pointillés 20 ans de recherche cinémato-chorégraphique débridée. On y retrouve notamment ses Essais sur la vitesse en Super 8, La voix des légumes, Jump, Caramba, 8 leçons de danse ou Le p’tit bal perdu (reprise en – fausse – langue des signes de la chanson de Bourvil – voir ci-dessous).

Populaire toujours. En 2009, Philippe Decouflé met en scène le nouveau spectacle du Crazy Horse : Désirs [voir sur le site web du Crazy Horse]. Avec Ali Mahdavi, il réinvente avec un œil amusé les numéros de la revue de danseuses nues du célèbre cabaret parisien, multipliant une nouvelle fois les jeux d’ombres et de lumières.

A voir : Crazy Horse, le film documentaire de Frédérick Wiseman sur ce travail de réinterprétation (2012)

Encore un genre qu’il adore et où la danse rencontre un public large : la comédie musicale. Philippe Decouflé s’y attelle d’abord avec Contact [voir en DVD] en 2014. « Faiseur de métamorphoses oniriques, Philippe Découflé puise à la source du savant et du populaire, explose les codes en injectant à son art le spectaculaire, le burlesque et le bizarre. »

A écouter : Les comédies musicales préférées de Philippe Decouflé [Emission sur FranceMusique.fr, 2016]

Désillusions et illusions

En 2016, il met en scène deux autres comédies musicales : My name is Shingo, adaptation d’un manga pour la scène et nouvel épisode d’une relation fructueuse avec le Japon ; Paramour, nouvelle collaboration avec le Cirque du Soleil pour les scènes de Broadway, mais qui tourne court… Un bras de fer avec la production américaine transforme son rêve d’enfance en cauchemar.

A lire : « Tous partis à Broadway plein d’enthousiasme, on est rentrés brouillés » [Interview dans le journal Libération, avril 2017]

Comme toute carrière qui côtoie les sommets, celle-ci est faite de hauts et de bas. Le succès rencontré grâce aux J.O. avait été difficile à digérer. Après cela, il avait signé Petites Pièces Montées, comme pour s’échapper de toute pesanteur. De même après l’énorme succès du spectacle Shazam [voir en DVD] , il avait éprouvé le besoin d’une forme légère et avait monté le spectacle Solo. Après la déconvenue new-yorkaise de Paramour, le voici de nouveau sur un projet de formes courtes avec… Nouvelles pièces courtes !! Un retour aux origines de sa danse, explosive, pleine d’humour et inventive. Dance will never die !!

A voir : Nouvelles pièces courtes [site web de la Maison de la danse]
Représentations du 20 au 29 septembre 2017. Extrait en ligne.

Désillusion, illusion, ombre, lumière, monter, descendre, sauter, danser : tel est Philippe Decouflé qui, en fils spirituel de Georges Méliès, continuera donc toujours, on l’espère, de « faire illusion » !!

A voir : Le projet Opticon avec 13 illusions à découvrir sur le site web de la compagnie, parmi lesquels La grosse tête [Vidéo en ligne], Les ballets bros, Le déshabilleur, etc.

Pour aller plus loin ou plus vite :

[Vidéo] La Minute du spectateur : Philippe Decouflé (Numéridanse.tv, 2013)
Pour tout comprendre de Philippe Decouflé en 2 minutes et en vidéo.

[Site web] Site officiel de la compagnie DCA de Philippe Decouflé
Pour suivre l’actualité de la compagnie de Philippe Decouflé ou retrouver le détail de ses créations depuis les débuts.

[Livre] Philippe Decouflé / Rosita Boisseau (éditions Textuel, 2003)
Le seul ouvrage entièrement dédié au chorégraphe, relatant ses 20 premières années de carrière, juqu’en 2003. On attend la suite…

[D.V.D.] La planète Decouflé / réalisation de François Roussillon (1998)

Tags

:

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *