Xénorobots, entre vivant et robotique

- temps de lecture approximatif de 1 minutes 1 min - par Sabine Cap'Culture Santé

Mariage entre vivant et robotique, les xénorobots offrent des possibilités vertigineuses

image recherche xénorobot
image recherche xénorobot

Des biologistes de l’université Tufts et de l’université du Vermont aux Etats-Unis ont réussi à créer des machines à partir de cellules vivantes. Des cellules prélevées à la base sur la Grenouille. Les robots sont assemblés à partir de cellules de peau (cellules passives) et des cellules de muscles cardiaques (cellules actives) pour former des petits moteurs  miniatures, qui permettent d’entrainer la structure jusqu’à épuisement de l’énergie fournie. Ils sont inférieurs à 1 mm et sont conçus à l’aide d’un algorithme dit évolutif.  Ce programme génère des configurations 3D aléatoires de 500 à 1000 cellules. Chaque création est ensuite testée dans un environnement virtuel pour tester sa résistance.

Le potentiel de ces xénorobots a de quoi faire rêver : transporter des médicaments dans le corps humain, nettoyer des artères, mais aussi collecter le plastique dans l’océan, digérer des substances nocives ou encore s’introduire là où l’humain ne peut le faire. Mais, construits à partir de matière vivante, les xénorobots pourraient évoluer, devenir sensibles et voire développer une « intelligence ». Des perspectives intéressantes et, dans le même temps, inquiétantes, mais qui restent, pour l’instant, de la pure science-fiction !

 

Un robot vivant fabriqué à partir de cellules de Futura-sciences.com

Xénorobot, le micro robot OGM sur RFI

 

 

 

 

 

Partager cet article

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *