logo-article

Viendra le temps du feu

Wendy Delorme

"Notre espèce ne durera peut-être plus longtemps. Et nous ne serons pas la première à connaître une extinction massive. Mais nous sommes la seule à avoir sciemment condamné la majeure partie de sa population pour sauver quelques-uns."

« Viendra le temps du feu » se situe dans une phase proche de l’extinction humaine suite aux conséquences de la dégradation climatique.

Dans un territoire épargné, un état devenu totalitaire met en place le « Grand Repeuplement ».

Les femmes et les hommes sont, avant tout, des reproducteurs.

Si un homme ne peut plus être un étalon, il est envoyé aux frontières pour anéantir les exilés climatiques.

« Le grand génie de notre époque et de ceux qui la gouvernent, c’est de nous avoir fait croire que nous vivions en paix quand ils lâchent des bombes sur d’autres continents. ».

Quant aux femmes stériles, elles sont impliquées dans d’autres taches du rouage social.

Les couples de même sexe sont exterminés au nom du nouvel ordre.

Paradoxalement, à côté d’une frontière, de l’autre côté du fleuve, une communauté de résistantes, inspirée des Guérillères de Monique Wittig, est tolérée depuis trente ans, par le régime ostracisant.

Cette communauté intègre les Femmes venues d’ailleurs. La solidarité, leur culture, leur histoire, qu’elle grave sur la pierre, sont le chemin à suivre. Elles vivent, se désirent, s’aiment aux frontières de l’état totalitaire.

 

Mais, du jour au lendemain, la dictature détruit la communauté.

Et « Viendra le temps du feu ». 

 

Dans ce roman (de la collection Sorcières), il se dégage une intensité pesante. Les personnages sont si noués qu’on attend leur explosion, leur révolte en frémissant à chaque paragraphe. Le style d’écriture se veut poétique, érotique et de nombreuses œuvres littéraires sont subrepticement évoquées pour appuyer la philosophie, le militantisme de ce roman.

 

A lire.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.