logo-article

Un peu de calme avant la tempête

Théâtre germanique tragi-comique

Theresia Walser

Un peu de calme avant la tempête est une pièce pour 3 acteurs... qui jouent le rôle de 3 acteurs. Et je m’arrête tout de suite pour vous dire que si vous faites un blocage avec les pièces qui parlent de théâtre, alors passez votre chemin. Non je dis ça parce que j’ai déjà remarqué que, notamment chez les acteurs, c’était un sujet pas forcément toujours très apprécié… Allez savoir pourquoi !?...

Enfin bref, il s’agit de trois acteurs qui sont réunis parce qu’ils doivent débattre publiquement de la manière dont on peut jouer Hitler sur scène. Peut-on jouer un monstre ? Comment incarner l’inhumain ?

La pièce se déroule avant le débat public proprement dit, alors que les acteurs attendent justement que le débat commence. Dans l’attente, les intervenants se concentrent, se préparent, s’interrogent, et la tension monte rapidement. Et ils vont faire le match avant le match !

Un peu de calme avant la tempête, le titre de la pièce, c’est ironique, évidemment…

Car tous les coups seront permis !!

Parmi les 3 personnages, il y a d’abord Franz Prächler, c’est la star, peut-être un peu vieillissante, évidemment à l’égo surdimensionné. Il a joué le rôle de Hitler au cinéma. Tout le monde le connaît. C’est un peu Bruno Ganz qui a joué Hitler dans le film La Chute si vous voulez. Et c’est un peu le défenseur des grands textes et des grands auteurs.

A côté de lui, il y a Peter Söst. Lui aussi il a joué Hitler. Au cinéma aussi, mais dans un film que presque personne ne connaît.… Il est bien moins connu. Il n’a pas la stature de Franz Prächler même s’il aimerait l’avoir. Alors pour se faire valoir, il flatte Franz Prächler, hypocritement bien sûr, et rabaisse dès qu’il le peut Ulli Lerch qui est le troisième acteur…

Ulli Lerch, lui, est un jeune acteur, symbole de la nouvelle génération, plus attachée à la scène qu’au texte. Mais qui a pour handicap, dans la pièce, de ne pas avoir joué Hitler mais « seulement » Goebbels. Ce qui provoquera la raillerie de ses confrères… « Mais qu’est-ce qu’il fait là ? »

Cette bataille des égos, vous l’aurez deviné est plutôt comique au final. Tout en posant de réelles questions sur les différentes façons de faire du théâtre et de raconter le monde. Avec des questionnements poussés jusqu’à l’absurde : « Je me demande comment tu peux être si sûr d’avoir joué le bon Hitler, je veux dire, comment peux-tu avoir l’assurance que tu as joué le vrai Hitler ? »

Mais le débat tourne au grotesque alors que le sujet en arrière-plan réclame en lui-même une extrême gravité. Les véritables problèmes passent finalement au second plan, bien loin derrière des questions moins importantes et le narcissisme des protagonistes.

Voilà, c’est une pièce qui pourrait sembler ne toucher que le public germanique, mais sa force tragi-comique va bien au-delà, vous l’aurez compris.

L’AUTEURE

Née en 1967, Theresia Walser est une dramaturge vraiment très importante du théâtre contemporaine allemand, mais encore méconnue en France. Elle a déjà écrit une vingtaine de pièces mais Un peu de calme avant la tempête est la première qui soit éditée de notre côté de la frontière. Une situation qui pourrait changer si ce texte remportait le succès qu’il mérite…

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *