logo-article

Ruses de riches

Jean-François Draperi

Le business social, "happy face" du capitalisme

Dans cet essai partisan et cinglant, le sociologue Jean-François Draperi, découvre le nouveau visage du capitalisme, qu’est le « business social ».

Ce système relativement jeune dans l’histoire de l’économie est arrivé sur le devant de la scène à la fin des années 90 aux Etats-Unis. Le business social est une notion théorisée par des économistes comme Stuart L. Hart ou encore Muhammad Yunus, Prix Nobel de la paix en 2006.

 

 

Son principe est plutôt noble : les entreprises réinjectent leurs profits au service du bien commun par le biais des fondations et priorisent ainsi l’intérêt général.

Mais si la théorie est attirante, la pratique est devenue au fil des années moins reluisante.

Drapé dans son voile de solidarité, juché sur sa béquille démocratique et ses valeurs utopiques, il a fini par s’étendre sur l’ensemble de l’économie mondiale, tentacule traînant dans son sillage une dizaine de milliards de dollars par an.

Jean-François Draperi s’efforce de mettre au jour les circonvolutions complexes de ce système économique qui, contrairement aux apparences et aux valeurs véhiculées, peut s’avérer profondément anti-social.

Fossoyeur du service public qu’il enterre aux côtés des associations, les supplantant par les « start-ups sociales », il creuse encore davantage les inégalités par les choix socialement orientés des fondations dans lesquelles il injecte les profits. Heureux élus de cette manne financière, les secteurs culturels ou l’Université passent souvent devant les associations de lutte contre la pauvreté dans les priorités d’investissement des grands groupes.

Son emprise tentaculaire s’est désormais accrochée à l’État, par le biais de la figure de l’entrepreneur social, ami proche du financier haut placé dans les sphères de l’exécutif.

Enfin, enrobée par une novlangue citoyenne – émancipation, environnement, écosystème, coopération, intérêt général – comment ne pas succomber aux charmes de cette économie si altruiste ?

Dans ce pamphlet fort sourcé et cohérent, Jean-François Draperi montre comment un business souriant et altruiste permet aux « riches », aux grands groupes, de redéfinir le monde à leur image, consolidant le pouvoir des élites grâce à ce nouvel El Dorado.

Pour aller plus loin :

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *