logo-article

Raritäten für Kontrabass

Gerhard Dzwiza (contrebasse)

Souvent présente mais généralement éclipsée à l'arrière plan la contrebasse est ici présentée en vedette dans une anthologie inattendue.

Le contrebassiste allemand Gerhard Dzwiza braque le projecteur sur la “grand-mère” en couplant quelques  compositeurs célèbres (Beethoven, Rossini) à des noms beaucoup plus confidentiels. Tous ont en commun d’avoir inclus la contrebasse dans le répertoire de chambre, en duo, trio ou quatuor.

On ne peut passer sous silence Giovanni Bottesini (surnommé le “Paganini de la contrebasse) qui contribua notablement à l’émancipation et au rayonnement de l’instrument, en lui donnant  ses lettres de noblesse et lui permettant d’acquérir le statut  soliste.

Le plus souvent associée ici aux autres membres de la famille des cordes, la contrebasse se marie également harmonieusement aux sonorités ambrées du cor. Ces cordes entre elles offrent une homogénéïté de couleur très séduisante, un peu à la manière d’un ensemble vocal exclusivement masculin ( … ou féminin, oups !)

De la période baroque à l’époque romantique (Hoffmeister, Sperger, Romberg) l’association des cordes graves : alto, violoncelle et contrebasse, a donné naissance à des compositions particulièrement charmantes.

Voici donc un programme original et panaché, qui invite à la découverte.

 

Le rondo allègrement nostalgique, extrait du trio pour alto, violoncelle et contrebasse de Bernhard Romberg :

 

Duo pour violoncelle et contrebasse (andante) de Gioacchino Rossini :

 

Autre nouveauté dans nos rayons :

Double bass ,  récital du contrebassiste Wies de Boevé.

 

 

 

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.