logo-article

Padmaavat

Sanjay Leela Bhansali

Un blockbuster historique épique hindi au casting prestigieux, qui a créé la polémique à sa sortie.

« Film historique » en costumes superbes dont l’action se passe dans l’Afghanistan du 13e siècle. Ne nous y méprenons pas : rien de très factuellement exact dans cette adaptation du poème épique « Padmavat » de Malik Muhammad Jayasi. On peut critiquer l’opposition manichéenne entre Ratan Singh le bon roi Rajput et Khalji le despote musulman diabolique stéréotypé. Mais il faut voir un Ranveer Singh (Alauddin Khalji) complètement déchaîné écraser de son charisme et voler la vedette au pauvre Shahid Kapoor (Ratan Singh). Reste à Shahid à jeter des œillades énamourées à sa belle Padmavati (Deepika Padukone, il est vrai très en forme), sans jamais pouvoir roucouler tranquillement, la réputation de sa femme ayant dépassé les frontières de son royaume pour leur malheur à tous les deux.

 

Âmes sensibles s’abstenir (c’est la guerre, certaines scènes peuvent choquer), quoiqu’une certaine sensibilité soit nécessaire pour apprécier ce bijou du cinéma indien moderne à gros budget. Les clichés ont la vie dure mais ils ont parfois raison : c’est du Bollywood, ça chante et ça danse, et la bande originale mérite les nombreuses récompenses reçues.

 

A noter un personnage d’eunuque homosexuel finement traité (Malik Kafur, joué par le très bon Jim Sarbh), fait encore assez rare dans les cinémas indiens (voire mondiaux) pour être souligné.

 

Si l’on accepte de laisser de côté le message politique, assez secondaire, et les reconstitutions d’animaux en 3D, assez ratées (quoique moins pire que dans Tanhaji pourtant sorti 2 ans plus tard), il reste un film superbe, extrêmement divertissant, aussi beau à regarder qu’à écouter, littéralement spectaculaire.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *