logo-article

Omens

Lamb of God

Privés de tournée promotionnelle pour leur album éponyme sorti en 2020, les américains de Lamb of God ont profité de la période de pandémie pour préparer leur nouveau passage en studio. Le moins que l’on puisse dire, c’est que le groupe a livré avec Omens une performance particulièrement efficace et punitive.

Ce nouvel album a été conçu et enregistré dans des conditions proches du live. Plutôt que de travailler chacun dans leur coin, les membres se sont réunis, ont écrit les morceaux collectivement et les ont enregistrés en une prise chacun. S’il est important de le préciser, c’est que la spontanéité et la fougue permises par ces conditions se ressentent clairement dans le résultat final.

Si Lamb Of God ne déroge pas aux tempos modérés, aux riffs techniques et aux rythmiques syncopées qu’on leur connait bien (Nevermore, To The Grave, Gomorrah), Omens possède un regain de fureur qui renouvelle leur style et qui n’est pas sans rappeler leurs vieilles influences punk hardcore, très évidentes dans Denial Mechanism. Le chant de Randy Blythe prend également une autre tournure : habitué au chant guttural typique du death metal, le vocaliste donne cette fois-ci dans un registre plus proche du hardcore, laissant davantage filtrer sa voix naturelle derrière la saturation. Comme depuis VII : Sturm und Drang, il se livre aussi occasionnellement à quelques lignes vocales purement mélodiques comme sur Nevermore. On fera enfin une mention spéciale au final September Song qui amène des éléments orchestraux et qui propose une conclusion percutante.

Un dernier point fort à soulever d’Omens est sa production. Quand bien même les conditions d’enregistrements étaient propices à la spontanéité, le son de l’album n’est pas bâclé pour autant et le mixage est suffisamment propre pour faire ressortir l’agressivité et l’explosivité du groupe.

Omens est une belle surprise et montre Lamb of God plus en forme que jamais malgré les années passées. Un bel effort d’un groupe qui sait se renouveler sans pour autant trahir son style d’origine.

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.