logo-article

Madrigal for four voices

Philippe Verdelot

Philippe Verdelot (1480-1530) est considéré comme l'un des principaux promoteurs du genre du madrigal italien. Né en France il s'établit de bonne heure en Italie et publie plusieurs volumes de madrigaux , dont est tiré le présent enregistrement.

Quoique populaire en son temps Verdelot est largement oublié aujourdhui et le serait totalement sans sa proximité avec son illustre confrère Willaert. Les madrigaux de Verdelot, au delà de leur beauté intrinsèque, posent les fondements du genre madrigalesque italien : il s’agit d’illustrer en musique les émotions d’un poème.

Verdelot utilise souvent  l’homorythmie, ce qui favorise la compréhension du texte, mais le contrepoint se fait par moments plus libre et les effets ainsi obtenus n’en sont que plus frappants. Selon les spécialistes un aspect marquant du madrigalisme est la dichotomie entre « doux » et « dur » : les affects doux, tels que la douceur ou le chagrin sont exprimés en modes, intervalles et notes [considérés conventionnellement comme] doux, tandis que les affects « durs », tel que la cruauté ou la méchanceté sont exprimés en modes durs. D’une façon moins technique on peut parler d’illustration d’idées ou d’affects par des notes  et des effets musicaux : l’idée d’élévation se traduit  par un mouvement de notes ascendant,  l’idée de fuite par une section en imitation sur des rythmes serrés,  la douleur sera figurée par une note discordante  … etc . On retrouve largement ce système de peinture en musique chez les compositeurs ultérieurs.

Quoiqu’encore bien ancrés dans la Renaissance les madrigaux de Verdelot se teintent  déjà d’une couleur pré-baroque et bien que moins aventureux, plus « sages » ou moins mouvants harmoniquement, ne sont pas sans rappeler certains madrigaux de Monteverdi.

L’exécution des Profeti della Quinta est remarquable, lumineuse et d’une merveilleuse homogénéité. L’enregistrement est de surcroit  agréablement ponctué d’interventions d’un moelleux consort de violes.

Madonna, qual certezza (madrigal) :

 

Se l’ardor foss’equale (madrigal) :

 

Se dimostrarvi a pieno (instrumental) :

Voir dans le catalogue de la BML

Tags

Type :

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *