logo-article

Les routes de Nestor Makhno

Manuscrit du chef de l’Etat-Major de l’Armée Révolutionnaire Insurrectionnelle de l’Ukraine

Victor et Alexandre Bélach

Les écrits du père appuyés par les recherches du fils. Un témoignage singulier de deux époques tumultueuses (celle du père et celle du fils) qui eut, chacune, ses vérités discutables…

Viktor Fiodorovitch Bélach (1893-1938), makhnoviste et chef d’Etat-major de l’Armée Révolutionnaire Insurrectionnelle d’Ukraine, a rédigé ses mémoires en attendant son exécution. Libéré sous caution en 1923, il a pris quelques précautions dans cette rédaction, mais son témoignage demeure à charge contre le pouvoir bolchévique ne reculant pas devant le mensonge pour éliminer ses ennemis.

Son fils, Alexandre Bélach, a fouillé les archives pendant 30 ans pour étayer les propos de son père (années 1960 à ’90), citant différentes sources comme des recueils laissés par les politiques, des documents issus d’archives de l’Union Soviétique, et même des œuvres de fiction pour appuyer les affirmations de son père…

Cette monographie est la 1ere édition de la traduction française de l’oeuvre de Bélach. Elle constitue une source-clé pour l’étude du mouvement makhnoviste et de la guerre civile en Ukraine dans les années 1919-1921. D’une part, l’histoire du mouvement rédigée par Makhno s’arrête en 1918 et d’autre part, l’histoire du mouvement makhnoviste rédigée par Piotr Archinov s’affranchit de nombreux détails fâcheux de cette période. Par ailleurs, Archinov cite Bélach dans ses brèves notes sur les membres du mouvement à la fin de son livre. Entre janvier 1919 et septembre 1921, il a pourtant joué un rôle d’une importance comparable à celle de Bat’ko, étant le chef de son état-major.

Ce livre restitue d’importantes informations sur les évènements qui ont eu lieu en Ukraine pendant cette période comme les données chiffrées de la participation paysanne au mouvement  makhnoviste. L’historiographie soviétique taisait ce mouvement révolutionnaire ne pouvant admettre que les victoires de Makhno ont beaucoup profité à l’armée Rouge. Ce n’est que l’époque de Gorbatchev qui a levé le silence sur ces faits.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.