logo-article

Les pêcheurs

Chigozie Obioma

La malédiction du fleuve, histoire d’une prophétie.

Akure, Nigeria, 1996.

C’est l’histoire d’une famille unie. Les quatre frères aînés profitent de l’absence de leur père – pour cause de mutation – pour aller pêcher au bord du fleuve interdit Omi-Ala. En chemin, ils croisent le fou Abulu, dont la funeste prophétie va bouleverser leurs vies.

 

Chigozie Obioma, né au Nigéria en 1986, réside aux États-Unis où il enseigne la littérature, et à nouveau, la jeune littérature nigériane nous offre un roman sublime.

 

L’auteur définit lui-même son roman comme une tragédie igbo, l’ethnie dont il est issu, et s’inscrit dans la tradition du roman d’apprentissage.

Les pêcheurs est également une fresque sur le Nigéria contemporain, parsemée de subtiles allusions aux différentes guerres ethniques qui ont secoué le pays…

C’est beau, c’est puissant, avec du suspens, et d’une humanité d’une poignante acuité.

 

Notre père instaura un rituel : il venait nous rendre visite un week-end sur deux, dans sa 504 berline, couvert de poussière, épuisé par les quinze heures de route. Nous attendions impatiemment ces samedis où son klaxon résonnait au portail, et nous nous précipitions pour l’ouvrir, tous impatients de voir quelle friandise, quel cadeau il nous apportait cette fois. Et puis, peu à peu, une fois accoutumés à le revoir tous les quinze jours ou presque, les choses changèrent pour nous. Sa stature de colosse, qui imposait le calme et les convenances, se rabougrit lentement jusqu’à la taille d’un petit pois. Le cadre qu’il avait fixé – dignité, obéissance, étude, sieste obligatoire – et qui, depuis si longtemps, structurait notre quotidien se mit bientôt à perdre de son emprise. Un voile se déployait sur ses yeux ubiquitaires, que nous avions crus capables de percer la moindre de nos transgressions secrètes. Au commencement du troisième mois, le bras tout-puissant qui souvent brandissait le fouet, l’instrument de la mise en garde, cassa net comme une branche épuisée. Ce fut le signal de l’évasion.

Voir dans le catalogue de la BML

Partager

Poster un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.